Lancée le 24 juillet dernier à Libreville, la caravane Beaufort Cinéma a marqué son arrêt le 12 septembre dernier au rond-point d’Awendjé, avec la participation d’environ 2000 spectateurs à la dernière projection.

Un instant de la projection du 12 septembre 2015 à Libreville. © Gabonreview

Un instant de la projection du 12 septembre 2015 à Libreville. © Gabonreview

 

Les acteurs du film…avant d’être pris d’assaut par le public…et Judicaël Nzondo donnant rendez-vous pour 2016. © Gabonreview

Les acteurs du film…avant d’être pris d’assaut par le public…et Judicaël Nzondo donnant rendez-vous pour 2016. © Gabonreview

«Le prix de la trahison», dernière production de Melchisédech Obiang, est plus que jamais parmi les films incontournables de ces vacances. Si le jeune réalisateur a bénéficié d’un soutien conséquent de la Société des brasseries du Gabon (Sobraga), il a su le lui rendre tout au long de la caravane cinéma plein-air, initiée pour la deuxième fois par la marque Beaufort Lager. Après avoir parcouru dix villes de l’intérieur du pays, les organisateurs se montrent satisfaits. Quelque peu timides au lancement du concept l’an dernier, les populations des diverses villes sillonnées ont massivement adhéré à l’initiative, qui vise à rendre accessible la culture et principalement le cinéma, alors que l’accès aux salles de cinéma se fait de plus en plus onéreuse, à défaut d’être simplement inexistante.

Ce sont au total 16 projections de 4 films de réalisateurs indépendants, qui ont été offertes aux populations de Moanda, Koula-Moutou, Oyem Port-Gentil et Lambaréné, entre autres. Des villes où l’on a enregistré la participation de plus de 1 000 spectateurs à chaque fois, avec un record pour la ville de Franceville, où le public avoisinait les 1500 personnes. Pour la dernière projection à Libreville a encore connu mieux. «Aujourd’hui nous avions 550 places assises, qui ont toutes très vite été occupées. Les personnes qui étaient debout ont été évaluées à environ 1500, si on compte les spectateurs présents sur l’espace de projection et les centaines de personnes qui étaient des deux côtés de la route, parce que n’ayant plus de places face à l’écran géant», a confié le chef de marché Beaufort, au terme de la projection. Littéralement pris d’assaut par des centaines de spectateurs réclamant autographes, photos ou poignées de main, les acteurs ont pris toute la mesure du succès de cette deuxième édition de la caravane.

Pour Judicaël Nzondo, à travers cette initiative, il s’agissait également de mettre en pratique les promesses faites lors de la signature du partenariat avec les Studios Montparnasse en janvier dernier. Un objectif atteint, au regard du succès enregistré dans la nuit du 12 septembre courant. «Depuis l’année dernière Sobraga a choisi d’axer la communication de la marque Beaufort Lager sur le cinéma. Derrière ce choix, nous entendons aider et soutenir les jeunes réalisateurs et acteurs du cinéma gabonais à réaliser leur rêve. C’est ainsi que nous avons opté pour sponsoring de certaines séries du petit écran, en plus du soutien que nous apportons aux réalisateurs de cinéma pour leur permettre de sortir de nouveaux films. C’est notamment ce que nous avons fait avec Melchy Obiang, en l’aidant au Fespaco et en le soutenant pour la réalisation du film «Le prix de la trahison» », a déclaré le chef marché Beaufort, avant d’ajouter : «Nos portes restent, toutefois, ouvertes aux autres réalisateurs porteurs de projets innovants et parfaitement structurés».

Au terme de la projection, promesse a été faite au public de revenir en 2016 pour la troisième édition.