Les travaux de cet établissement, exécutés au-delà de 80%, sont prévus pour s’achever fin août. Cette œuvre de la coopération Gabon-Maroc devrait accueillir ses premiers élèves dès 2018.

Le Centre de formation professionnelle d’Akanda dans sa phase de finitions. © Gabonreview

 

Eloi Nzondo satisfait du niveau d’avancement des travaux. © Gabonreview

Le ministre du travail, de l’emploi, de la formation technique et professionnelle et de l’insertion professionnelle des jeunes s’est dit satisfait du niveau d’avancement des travaux de Centre de formation professionnelle d’Akanda, au terme d’une visite de l’infrastructure en chantier, ce 21 juillet.

Eloi Nzondo a assuré que «nous allons former les jeunes à la demande des entreprises. Sauf que l’accès dans ce centre se fera par voie de concours. Mais nous avons des séances de travail avec le patronat et pas mal d’entreprises, pour savoir quel est leur besoin en termes de transport et de logistique. C’est sur la base de ces demandes des entreprises que nous allons former dans ce centre».

Si le gros œuvre est bien sorti de terre, le plateau technique, lui, devrait conclure la phase des travaux, prévue pour s’achever fin août 2017. L’Office marocain de la formation professionnelle s’est engagé à accompagner jusqu’au bout ce projet, pas simplement offrir l’infrastructure, a précisé le ministre. Il devrait aussi fournir l’équipement du centre «pour que les cours démarrent dans les tous prochains mois», a-t-il ajouté.

Ce centre prévu pour accueillir environ 1000 élèves en une session, a l’avantage de former à deux niveaux, a confié le directeur de la Formation professionnelle. Un premier niveau de qualification conduisant au grade de technicien, et un autre pour les techniciens spécialisés. On peut accéder avec un niveau Brevet d’études du premier cycle et du second degré (BEPC) pour terminer avec un niveau équivalent au Baccalauréat (Bac) ou Bac+1 pour ce qui concerne le premier niveau. Si on entre avec un niveau Terminale, on termine avec un Bac+2 pour l’autre niveau. «Les durées de formation vont être aussi modulables. Ça peut être deux ans. Mais c’est deux ans maximum», a précisé Jean-Fidèle Koumba.

Le gros œuvre déjà sorti de terre. © Gabonreview

Ce centre dédié à la Logistique et au transport est bâti sur une superficie de 3 hectares. Assez pour les quatre blocs de bâtiments visibles, notamment le bâtiment administratif, pédagogique, manutention et un atelier de mécanique. Un ensemble exécuté dans le respect du cahier de charges, assure T2G, l’entreprise exécutant les travaux. «Le dimensionnement du bâtiment a été fait suivant une étude préalable faite par la direction de la Formation professionnelle du Gabon et l’Office de formation professionnelle au Maroc. Sur cette base, on a établi les surfaces et le nombre de classes», a attesté Ibrahimi Abdelahadi, le chef de projet.

L’établissement est un don de la Fondation Mohamed VI. Le niveau d’avancement des travaux est actuellement estimé à plus de 80%. L’année académique inaugurale est annoncée pour 2018 selon Eloi Nzondo.

Auteur : Alain Mouanda