Présents à Bangui et dans d’autres villes du pays dans le cadre de la Mission intégrée multidimensionnelle de stabilisation des Nations Unies en République centrafricaine (Minusca), les militaires gabonais devraient bientôt être de retour chez eux. Le ministre gabonais de la Défense nationale a sollicité, jeudi 8 mars, leur retrait de ladite mission.

Des soldats Gabonais, au moment de leur départ pour Bangui. © Defense.gouv.fr

 

Ayant pris part aux activités de la Minusca depuis sa mise en place en République centrafricaine en avril 2014, les militaires gabonais devraient se retirer d’ici à la fin de l’année courante. Ils intervenaient particulièrement dans le cadre du maintien de la paix. Or, «eu égard au retour progressif de la paix et de la stabilité dans ce pays», Etienne Massard Kabinda Makaga a sollicité l’accord du Conseil des ministres pour le retrait des Forces gabonaises, cinq ans après le début de la crise en RCA. Sa sollicitation intervient trois jours après la visite de travail et d’amitié effectuée à Libreville par le président centrafricain Faustin Archange Touadéra.

Seulement, avant le retrait effectif des soldats gabonais de la RCA, le Conseil des ministres, qui a pris acte de la demande du membre du gouvernement, l’a instruit, au même titre que son collègue des Affaires étrangères, «d’entreprendre les démarches appropriées, pour engager avec les partenaires concernés le calendrier de démobilisation de nos Forces dans les délais raisonnables».

La présence des éléments gabonais au sein de la Minusca ne s’est pas faite sans scandales, en plus du décès de deux d’entre eux en 2016. Près d’une vingtaine avaient été accusés, qui d’«exploitation et abus sexuels», qui de «location illégale de terrain au nom de la Minusca».