Les travaux de l’atelier régional pour la promotion de la participation de la femme au développement dans le secteur minier, au sein de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac) ont démarré ce 14 décembre à Libreville.

Les travaux de l’atelier régional pour la promotion de la participation de la femme au développement dans le secteur minier, au sein de la Cemac. © Gabonreview

 

Les officiels à l’ouverture des travaux de l’atelier régional pour la promotion de la participation de la femme au développement dans le secteur minier, au sein de la Cemac. © Gabonreview

Ouvert par le ministre délégué auprès du ministre de la Famille, de la Protection sociale et de la Solidarité nationale, Jonathan Ndoutoume Ngome, l’atelier de Libreville vise à proposer une politique communautaire sur l’approche genre dans le secteur minier. La définition de cette politique se fera sur la base de l’harmonisation des travaux entrepris en matière de genre et des constats établis dans chaque pays.

Selon la conseillère technique principale GIZ-REMAP, Kabongo Mbuyi, la question du genre fait partie intégrale de l’approche globale de la Cemac sur la gouvernance et représente une des valeurs fondamentales du programme économique régional. C’est pour cela que «la zone Cemac s’est (…) dotée d’une stratégie régionale visant à renforcer la prise en compte du genre. Cette stratégie intègre la précarité de la condition féminine et la faible prise en compte de son impact sur le développement de la sous-région», a-t-elle précisé.

La définition d’une politique communautaire en matière de genre, dans ce secteur stratégique pour les économies de l’espace Cemac, est une exigence fondée pour la prospérité de la région, estime Jonathan Ndoutoume Ngome.

«Les conjonctures liées à la globalisation font apparaître (…) comme une nécessité historique et incontournable, la prospérité des grands ensembles pour une vision prospective et partagée des États, en vue d’une meilleure implication de la femme au développement», a-t-il affirmé.

Pendant les deux jours de discussion, les travaux seront axés sur trois thèmes : la politique communautaire de la Cemac en matière de genre ; le genre et la Responsabilité sociétale des entreprises (RSE) ; les femmes et la mine artisanale : enjeux, défis, perspectives et bonnes pratiques.

Organisé par la Commission de la Cemac, avec l’appui du Projet de renforcement de la gouvernance des matières premières en Afrique centrale (REMAP-CEMAC) et de la Coopération allemande (GIZ), l’atelier de Libreville prendra fin le 15 décembre.