La persistance de la violence en République centrafricaine (RCA) a finalement eu raison des responsables de la Commission de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (Cemac). Ils ont décidé, le 9 mai dernier, à Douala (Cameroun), du redéploiement des services à Malabo (Guinée Equatoriale).

Le président et la Vice-président de la Cemac (Daniel Ona Ondo et Fatima Haram Acyl). © D.R.

 

Réuni dans la capitale économique camerounaise, le Collège des commissaires de la Cemac, présidé par le Gabonais Daniel Ona Ondo, a abordé plusieurs dossiers dont la situation financière de la communauté, la relance des activités de la Commission, les Accords de partenariat économique (APE) avec l’Union européenne (UE) et la situation sécuritaire en Centrafrique.

Sur ce dernier point, «la Commission a exprimé, aux autorités politiques, ecclésiastiques et au peuple centrafricain, sa compassion aux familles des victimes des violences et exactions». Elle a ardemment souhaité «la restauration d’une paix durable en RCA qui passe entre autres, par le renforcement des mécanismes de traçabilité du commerce des ressources naturelles exploitées dans ce pays et dont les revenus renforcent les capacités militaires des groupes armés».

Face à la recrudescence de la violence, le feu vert a été unanimement donné pour la délocalisation du siège de l’institution à Malabo. «Au sujet du fonctionnement interne de la Commission, le Collège des commissaires s’est penché sur la situation des services à Bangui. Dans le contexte de crise qui sévit actuellement en RCA, la restauration des conditions stables pour le fonctionnement optimal des services devient urgente et indispensable pour assurer également la sécurité des personnels. A cet effet, le Collège a décidé d’accélérer le redéploiement des services de la Commission à Malabo», peut-on lire sur le communiqué final de cette rencontre.

Les Commissaires se sont émus de la résurgence des tensions à Bangui avant d’exhorter «les autorités et le peuple centrafricain à œuvrer pour la restauration d’une paix durable et la stabilité des institutions».

Statutairement, le siège de la Cemac est implanté à Bangui. Mais l’insécurité avait occasionné sa délocalisation à Malabo en Guinée Équatoriale depuis 2013. En fin 2017, l’institution était revenue dans la capitale centrafricaine avant de retourner une nouvelle fois à Malabo.