Le Congo-Brazzaville a annoncé, à la suite du Gabon, dans un document signé le 23 octobre 2017, l’ouverture de ses frontières aux ressortissants des pays membres de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (Cemac).

La route du corridor Brazzaville-Yaoundé pourra désormais servir dans la sous région. © D.R.

 

La marche vers l’intégration sous régionale s’est accélérée ces dernières semaines, avec l’ouverture des frontières de plusieurs pays de la Cemac à l’exemple du Tchad, de la République centrafricaine (RCA), du Gabon et du Congo.

Dans une note circulaire datée du 23 octobre 2017, émanant du ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation, l’Etat congolais a annoncé que tous les ressortissants de la Cemac (Cameroun, Centrafrique, Gabon, Guinée équatoriale et Tchad) désirant accéder au territoire congolais sont désormais dispensés de visa d’entrée ou de sortie, pour tout voyage n’excédant pas les 90 jours.

Avec cette annonce, la libre circulation se fait de plus en plus effective dans l’espace Cemac. Le Congo exige comme documents de voyage un passeport biométrique ordinaire, de service ou diplomatique en cours de validité.

L’initiative du Congo intègre la logique de l’accord conclu en 2013 par les chefs d’Etat des pays membres de la Cemac, sur la libre circulation en Afrique centrale.