La saison sèche, propice aux travaux de construction, n’enregistre cependant pas, cette année, la frénésie habituelle des bâtisseurs. Et pour cause : les coûts des matériaux qui ont atteint des niveaux repoussoir.

Construction d'une maison à Libreville - © Static/gabonreiw.com

Du fait de l’absence des précipitations, la saison sèche a toujours été, au Gabon, la période où de nombreux gabonais réparent, rénovent ou construisent leurs habitations. Une hyperactivité aisément observable par le passé dans les différents quartiers de Libreville et même dans les localités de l’arrière-pays. Cette année,  le secteur du petit bâtiment semble en perte de vitesse, malgré le temps qui offre de meilleures conditions atmosphériques que les années précédentes.

Une visite auprès des fournisseurs de matériaux de construction, désignés par le terme générique de quincaillers, permet de mieux comprendre ce ralentissement d’activité : les prix des fournitures ont considérablement augmenté. Ce qui a d’ailleurs pour conséquence la hausse des prix des loyers, à Libreville notamment.

«On coupe le bois pour fabriquer les lattes et les chevrons au Gabon. Mais figurez-vous qu’il faut débourser au moins 5 000 francs pour un chevron de 4 mètres. Vous voyez quelle somme il faut débourser  pour avoir ne serait-ce que 50 chevrons», maugrée un client dans l’un de ces commerces.

De même, il n’est pas du tout aisé de trouver l’intégralité du matériel dont on a besoin, les commerçants étant eux-mêmes contraints à de méticuleux calculs de rentabilité. Un quincailler du rond-point Nzeng-Ayong avoue qu’il préfère se ravitailler en sable par petites quantités dans les camions “Canter” à raison de 50 000 francs CFA l’unité. Cela lui permet de le revendre au détail à raison de 1 000 francs le sac. Il évite ainsi une stagnation de ses immobilisations et même des pertes, du moment que ce genre de marchandise reste désormais en stock durant de longs mois sans trouver de preneur.

Pour un bon nombre de clients rencontrés, «le gouvernement fait trop de promesses». Lors du conseil des ministres délocalisé à Lambaréné, en juin 2011, en effet, le président de la république avait instruit le gouvernement d’élaborer un panel de mesures concrètes en vue, d’une part, d’obtenir la baisse substantielle des coûts des matériaux de construction tels que le ciment, le sable, le gravier, et d’autre part, de réorganiser la filière de la construction par l’appropriation de ce secteur par les nationaux.

Sur le terrain, la réalité est toute autre. «On a l’impression que chacun fixe lui-même ses prix. Il y a parfois des variations de 500 à 1 000 francs CFA d’un commerce à un autre. L’État, qui devrait tout faire pour que les Gabonais puissent se loger décemment, pourait au moins encourager l’auto construction en veillant sur la baisse annoncée du coût des matériaux», grogne un autre client qui demande au journaliste à quel niveau se trouve le projet des 5 000 logements annoncé lors de la campagne électorale de 2009.

Justifiant ses tarifs, un quincailler indique qu’il faut au moins 350 000 francs CFA pour acquérir le chargement d’un camion de sable de «dix roues». Pour expliquer cette flambée des coûts, il relève que la direction générale de l’Environnement a interdit l’exploitation des carrières de sable du Cap Estérias, ce qui a tué la concurrence et oblige à ne s’approvisionner que chez les producteurs industriels de sable, à l’instar de la Sablière d’Owendo. Une mesure qui contribue à protéger durablement la nature mais dont l’effet pervers est la raréfaction et la cherté de ce matériau de base pour la construction d’un bâtiment.

Le corolaire de ce problème est inéluctablement le coût élevé des loyers. Actuellement à Libreville, la location d’un studio (chambre et salon + un petit coin douche) revient à plus de 120 000 francs CFA. Si encore on en trouve un de disponible dans un quartier accessible!

Même si l’État gabonais est plusieurs fois monté au créneau ces derniers temps (Conseil de cabinet axé sur l’habitat, lancement de la construction des logements) pour affirmer sa volonté d’offrir aux Gabonais un toit décent, il serait plus judicieux que tout soit mis en œuvre accompagner la dynamique de la construction personnelle.  Si les Gabonais étaient propriétaires de leur habitation, les prix des loyers seraient sans doute moins élevés.