Association composée d’hommes d’affaires, de cadres et d’étudiants, le Collectif des jeunes communicateurs (CJC) vient de lancer une caravane dite nationale dont le thème est «Ali Bongo Ondimba, l’as qui gagne». But : sensibiliser la population sur les réalisations du président de la République depuis sa prise de pouvoir en 2009 et passer son message de paix et d’unité nationale.

Le Collectif des jeunes communicateurs (CJC)...

Le Collectif des jeunes communicateurs (CJC)…

 

La première étape de ce convoi a récemment eu lieu au village Makogonio, dans le département de la Boumi Louétsi (Mbigou), province de la Ngounié. Pour Rodrigue Maïssa Nkoma, le président du CJC, le choix de commencer la caravane par cette bourgade n’est pas fortuit : «C’est à cause de sa profondeur historique. Car chaque fois que l’on parle de Makongonio, on pense au crash de l’hélicoptère transportant les journalistes, photographes, cameramen et militaires dont plusieurs ont trouvé la mort». Un accident qui a eu lieu dans une forêt non loin du village Makongonio, le 28 juin 1985. Et Maïssa Nkoma de préciser que le CJC est dans cette localité de triste mémoire pour redonner la joie de vivre à ses habitants. Une caravane qui, à en croire ses propos, vise deux objectifs : porter un message de préservation de la paix et d’unité nationale, puis présenter Ali Bongo Ondimba et ses réalisations comme «l’as qui gagne», depuis 2009, date de sa prise de pouvoir.

… au collègue catholique Saint Félicien de Dibwangui. © Gabonreview

… au collègue catholique Saint Félicien de Dibwangui. © Gabonreview

Les échanges ont commencé avec les chefs des villages, regroupements de villages, cantons et autres notables de la Boumi Louétsi qui se sont retrouvé à Makogonio. À ceux-ci, les caravaniers ont exposé le bien fondé de la paix et l’unité nationale dans un pays comme le Gabon. Puis, ils ont magnifié la politique du président de la République dont les réalisations pour transformer le Gabon en pays émergent parlent d’elles-mêmes. Et de demander à ces notables de préserver ces acquis avec Ali Bongo Ondimba.

Albert Mouélé, l’un des chefs de canton, a remémoré la triste histoire du crash de l’hélicoptère de l’armée de l’air, avant d’afficher son adhésion à l’action politique vantée par les caravaniers, non sans demander au président de la République de combler tous les manquements de leurs localités.

Au collègue catholique Saint Félicien de Dibwangui, le Dr Armand Alex Makouanga, coordonateur général de la caravane, a présenté les objectifs de celle-ci aux élèves qui ont été invités à plus d’ardeur au travail. «Car le Gabon a besoin de votre intelligence pour son émergence à l’horizon 2025», a-t-il indiqué.

Le vice-président du CJC, Francis Sima Mba, a quant à lui développé trois concepts fondamentaux : le rêve, l’audace et l’espoir pour réussir dans la vie. Tandis que le représentant des gabonais de la diaspora et DGA de Modul système Gabon S.A., Abdoul Eya Obame, s’est également appesanti sur la notion de la paix comme soubassement de tout développement économique dans un pays. Et pour conclure, Raoul Ndong et Ricardo Nzamby, respectivement DG de EGCB-Gabon et manager de Rico Froid, ont exposé sur l’entrepreunariat. Ils ont demandé aux apprenants de rêver d’être de futurs chefs d’entreprises. Car le Gabon, pour atteindre l’émergence a besoin d’une main d’œuvre bien formée.