Les acteurs de la plateforme nationale de la société civile gabonais ont solennellement appelé le peuple gabonais le 9 janvier 2017, à un boycott actif de la Can Total 2017 par tous les moyens appropriés, pacifiques et non violents, au nom de la liberté d’expression, de la vérité des urnes, de la souveraineté du peuple et du respect dû à nos martyres.

Les leaders des organisations de la société civile gabonaise, le 9 janvier 2017. © Gabonreview

 

À la faveur d’une conférence de presse tenue le 9 janvier dernier au siège du Réseau des organisations libres de la société civile pour la bonne gouvernance au Gabon (ROLBG), les leaders des organisations de la société civile ont rendu officielle leur position concernant l’organisation par le Gabon de la 31è édition de la Coupe d’Afrique des nations Total 2017. Pour Georges Bruno Ngoussi et ses paires, cette compétition continentale dont le coût s’élève à «plus 460 milliards de francs CFA, est une folie, une volonté manifeste de désintégration du pays», au regard du climat «chaotique actuel émaillé de grèves généralisées, conduisant à des licenciements tout azimut, à une détérioration du climat global des affaires».

«Dans des circonstances normales, une manifestation de cette envergure devrait donner lieu à une très forte mobilisation populaire, je veux dire à une adhésion massive de tout le peuple gabonais. », a-t-il déclaré.

© Gabonreview

Or, regrette le pasteur Ngoussi,  « suite au coup d’état électoral et militaire du 27 aout 2016, notre pays est résolument dans l’impasse et plongé dans une crise sociopolitique sans précédent caractérisée par une atteinte délibérée à la souveraineté du peuple, et de violations graves des droits de l’Homme notamment : Les assassinats de masse à visée ethnique ; les enlèvements et séquestrations des opposants et des acteurs de la société civile ; les arrestations arbitraires ; les emprisonnements pour des mobiles politiques ; la persécution des membres de la société civile, des journalistes, des jeunes activistes, des femmes, et des membres de l’opposition démocratique»

Les membres de ROLBG conditionnent leur adhésion à la Can Total 2017, par la restauration de la vérité des urnes ; la libération des prisonniers politiques ; la vérité sur les massacres qui ont endeuillé les familles gabonaises et l’arrestation des plusieurs personnes. Un ensemble de préalables, dont la satisfaction demeure hypothétique à quatre jours du coup d’envoi de la compétition.