Pour son match test en prélude au Championnat d’Afrique des nations (Can) de handball seniors, le Gabon n’a pu faire mieux qu’un match nul face à la République démocratique du Congo, le 10 janvier à Libreville.

Les équipes du Gabon et de la République démocratique du Congo, avant la rencontre amicale le 10 janvier 2018. © Gabonreview

 

A une semaine du coup d’envoi du 23e Championnat d’Afrique des nations (Can) de handball seniors, du 17 au 27 janvier à Libreville, le Gabon s’est frotté à la République démocratique du Gabon (RDC), le 10 janvier à Libreville. Score final : 20-20. Une rencontre au cours de laquelle les hommes de Jackson Richardson se sont montrés très fébriles.

Menées dès la 2e minute de jeu, les Panthères n’ont récupéré la possession de la balle qu’à la 9e minute, avec cependant des actions timidement menées par leur capitaine Yorick Aubyang. Une période d’hésitation, de crispation et de précipitation que les Gabonais parviendront tout de même à gommer au fil de la rencontre.

Les équipes du Gabon et de la République démocratique du Congo, avant la rencontre amicale le 10 janvier 2018. © Gabonreview

Une révolte matérialisée à la 12e minute de jeu avec l’égalisation de Lacritick Mehdi, le pivot des Panthères. Boostée par ce retour inespéré, l’équipe est parvenue à maintenir le score à neuf buts partout jusqu’à la mi-temps. À la reprise, les Panthères retomberont quelque peu dans leurs travers en cédant du terrain aux Simbas de la RDC.

Comme en première période, le salut des Gabonais passera par le génie de Lacritick Mehdi, auteur à lui seul de 9 réalisations. Grâce à ses prouesses, en effet, les Panthères parviendront à refaire leur retard. Et même, à prendre un léger avantage sur leurs adversaires. À deux minutes de la fin de la rencontre, cependant, la RDC refera son retard. Score final : 20 buts partout.

Une prestation des Panthères en demi-teinte lucidement analysée par le sélectionneur français. Pour Jackson Richardson la fébrilité des siens s’explique par le fait que l’équipe était sous pression. «Les joueurs n’étaient pas libérés, la mayonnaise n’a pas encore pris entre les nouveaux venus et les anciens. Mais tout cela sera corrigé au fil des rencontres», a-t-il analysé.

Heureux de n’avoir pas perdu en match amical face au Gabon, le capitaine des Simbas a estimé que l’équipe gabonaise «dispose certes des individualités, mais elle gagnerait à miser sur le collectif». Des carences que le staff des Panthères gagnerait à combler, à quelques jours du début de la compétition. En attendant, le match retour face à la RDC, le 12 janvier à Libreville, sera révélateur de l’état d’esprit des troupes de Jackson Richardson.

Auteur : Jean-Thimothé Kanganga