«Complexe omnisports Michel Essonghé de Port-Gentil», c’est ainsi qu’a été baptisé l’immense espace multisports, inauguré, le 9 janvier 2017, par le président Ali Bongo. L’infrastructure abrite le stade de Port-Gentil devant accueillir, dès le 14 janvier prochain, les matches de la 31e Coupe d’Afrique des Nations (Can) de football.

Ali Bongo et Michel Essonghé dévoilant la plaque murale du stade de Port-Gentil, le 9 janvier 2016. © Gabonreview

 

Pour une surprise, c’en fut une pour la population de Port-Gentil qui ne s’imaginait nullement de voir le nom d’un fils de la localité inscrit au fronton de cet espace dont la première pierre avait été posée en juillet 2015 par Lionel Messi, le virtuose Argentin du football. L’infrastructure a été inaugurée dans la foulée de la cérémonie solennelle organisée à Oyem pour le stade «Engôn», devant également accueillir les matches de la Can 2017 que le Gabon organise du 14 janvier au 5 février 2017.

Quelques moments de la cérémonie inaugurale. Et, le stade de Port-Gentil vu de l’extérieur et de l’intérieur, le 9 janvier 2016. © Gabonreview

Inauguration aux allures de baptême, la cérémonie de Port-Gentil, notamment à Ntchengué, a bénéficié d’un office œcuménique ayant permis aux religieux, plus précisément le Père Guy, l’Imam Ismaël Oceni, et le Révérend Mbadinga, de bénir cet édifice construit en un an et trois mois. À Dieu, chacun, dans sa prière, a confié cette structure ultramoderne, mais aussi béni les personnes qui l’ont imaginé, ceux qui l’ont bâti et ceux qui la fréquenteront, autant dans le cadre de la Can 2017 qu’en d’autres circonstances. Indubitablement, ce complexe a été placé entre les mains de Dieu avant que le chef de l’Etat ne dévoile la plaque murale après avoir coupé le ruban symbolique.

Mais avant d’en arriver là, Lucie Akendengue Daker, président du Conseil départemental de Bendjé, a rappelé le chemin parcouru pour aboutir à cet édifice donnant un nouveau visage à la partie de la capitale économique qui l’abrite. «Monsieur le président de la République, lorsqu’en juillet 2015, vous preniez l’engagement de procéder à la pose de la première pierre de ce complexe, ce site qui nous accueille à présent, baptisé du nom de son immémorial gardien Ntchenghé, n’était qu’une simple plaine de sable blanc. Aujourd’hui, ce petit village historique du département de Bendjé abrite l’un des plus beaux complexes sportifs de notre pays», a déclaré M. Daker avant d’ajouter qu’«actuellement cet espace exprime d’ores et déjà, l’attractivité d’une zone qui, de fil en aiguille, voit ses sentiers non bitumés et ses bourgs jadis sources de mécontentements répétitifs des riverains se transformer en route économique».

Le ministre de la Jeunesse et des Sports, Nicole Asselé, dévoilant dans son allocution, le nom de baptême de ce complexe, en a également présenté quelques données caractéristiques. Le complexe omnisports Michel Essonghé de Port-Gentil dispose de 20.200 places assises couvertes, d’un terrain d’entrainement standard avec une piste d’athlétisme, d’un plateau sportif en plein air composé de trois courts de tennis, deux terrains de basketball, un terrain de handball et d’un terrain de volleyball. D’autres commodités s’ajoutent à cette infrastructure pour lui donner son caractère architectural ultramoderne. Une loge présidentielle et 22 loges VIP, un hôtel de 26 chambres, trois ascenseurs, entre autres, viennent compléter ce chantier réalisé à 98% à ce jour.

En laissant inaugurer cette mégastructure, les experts de l’Agence nationale des grands travaux d’infrastructures (ANGTI) estiment, en effet, à 98% l’évolution global des travaux tandis que le stade dédié à la compétition est, lui, prêt à 99%. De la pelouse aux vestiaires, en passant par les gradins, l’alimentation en électricité, en eau ou encoure l’Internet et la sonorisation, les salles de presse, de conférences et autres bureaux divers, ont déjà été réalisé. «Il ne reste que quelques finitions par-ci par-là pour que tout soit parfait sur ce complexe», a précisé un agent de l’ANGTI, ajoutant qu’en attendant le 19 janvier 2017, jour du premier match sur ce stade, les choses auront encore avancé.

Même si dans l’atmosphère de Port-Gentil, quelques voix montent appelant au boycott de la Can 2017, il reste néanmoins que ce complexe sportif fait la fierté de la population locale. «Au départ, on pensait que cela allait finir en éléphant blanc comme les maisons que vous voyez à côté (allusion aux logements sociaux des Dorades). Mais là, c’est une grande joie, un grand plaisir de savoir qu’on a un tel complexe chez nous», a déclaré un habitant de Nchtenghé. Une chose est certaine : au-delà des discours contraires qu’on peut entendre ici et là, la construction de ce complexe a fait naitre chez  les Portgentillais une fierté qui ne se cache pas. «C’est l’un des plus beaux complexe qu’on a dans notre pays et peut-être en Afrique centrale», se réjouit un autre riverain.

Durant la Can 2017, les joutes footballistiques du groupe D, composé du Ghana, de l’Ouganda, de l’Egypte et du Mali, s’effectueront dans ce stade situé dans le quartier Ntchenghé de Port-Gentil. Cette poule, considérée comme le «groupe de la mort», attirera naturellement des foules et fera surtout rayonner le football dans cette ville pétrolière ayant eu de grands clubs à l’instar de Pétro Sport ou Sogara.