Faute de chambres libres dans la ville, les supporteurs marocains dormiront à la belle étoile ou sous les tentes du village du Maroc érigé par leur ambassade.

Les tentes du village du Maroc à Oyem attendent les supporteurs des Lions de l’Atlas. © le360.ma / Hajar Toufik

 

Les nuits qui viennent s’annoncent longues et mouvementées pour les supporteurs marocains venus à Oyem pour soutenir leur équipe nationale. Plusieurs dizaines d’entre eux, notamment ceux ayant effectué le déplacement du chef-lieu de la province du Woleu-Ntem, dormiront dès ce 16 janvier à la belle étoile ou sous des tentes récemment aménagées par l’ambassade du Maroc au Gabon. Des tentes qui, initialement étaient prévues pour accueillir «le village du Maroc». Un espace présenté par Abdellah Sbihi, le représentant du roi Mohammed VI au Gabon, comme «le lieu où se réuniront tous les Marocains rendus à Oyem, ainsi que tous les frères Africains et Gabonais qui voudraient se joindre à la fête».

© le360.ma / Hajar Toufik

Pourtant, la fête, c’est loin d’être ce que vivront les supporteurs des Lions de l’Atlas après les heures de match. Selon le site marocain Le360.ma, ces derniers n’ont pas pu trouver de chambres d’accueil dans la ville. «Les quelques hôtels qui se trouvent dans la ville d’Oyem affichent tous complets. Et il n’y a pas moyen de trouver un lieu d’hébergement si ce n’est passer la nuit sous les étoiles», rapporte le site, manquant d’ajouter que la question liée à l’hébergement de ces supporteurs aurait dû préoccuper plus tôt les autorités marocaines.

Toutefois, depuis quelques heures, tout est prêt pour accueillir les supporteurs. Sous les tentes, matelas, nattes et «lits» de bois ont été aménagés dans les tentes du village du Maroc. Après le match contre la RDC, les Marocains qui auront tout donné au stade ne devraient pas bouder leur espace d’accueil. Ce qui n’empêche pas de s’interroger sur la qualité de l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations de football dans cette ville, alors que le stade, toujours en travaux, inquiétait déjà le sélectionneur Hervé Renard. Un jour avant le coup d’envoi du match, le Français se plaignait en effet de la qualité de l’aire de jeu.