Dans la foulée de l’inauguration par le président Ali Bongo, du complexe sportif baptisé Michel Essonghé, personnalité de la ville de Port-Gentil et de la province de l’Ogooué-Maritime, ce dernier exhorte les Gabonais à faire preuve d’union au-delà de leurs différences politiques pendant la Coupe d’Afrique des Nations de football 2017.

Michel Essonghé, personnalité dont le nom a été donné au complexe sportif de Port-Gentil. © Gabonreview

 

Gabonreview : Pourquoi ce stade porte-t-il votre nom ?

Michel Essonghé : Je suis ému par le geste que le chef de l’Etat vient de poser à mon endroit. Je suis profondément ému. Je n’ai pas de mots parce que je considère qu’il n’y a pas de raisons particulières au regard de ce que je suis, de ce que je fais, de ma carrière. Il n’y a pas de raison particulière que je mérite une telle attention de dimension nationale, internationale. Je lui en suis reconnaissant et j’espère que dans ce stade auquel il a bien voulu donner mon nom ; les Gabonais, les sportifs africains, les sportifs du monde entier pourront s’épanouir d’une part, et que d’autre part cette émulation permettra à des générations de jeunes gabonais de pouvoir se développer et s’exprimer dans le sport, dans le football et dans athlétisme.

Comment lutter contre les appels au boycott  de la Can 2017 ?

Le sport est une compétition du corps et du cœur. Les Port-Gentillais devraient comprendre qu’au-delà de tout ce qui peut nous amener à considérer que nous sommes divisés, ce qui est faux d’ailleurs, parce que nous ne sommes pas divisés, nous luttons pour le développement de notre pays, pour qu’il avance. Chacun dans son bord, nous ne sommes pas des ennemies. Le sport est un lieu de rassemblement ; le rassemblement de tous les enfants d’un pays, d’une région et du monde. Il y a bien des compétitions olympiques, des compétitions régionales, sous régionales, inter-régionales. Nous devrions comprendre qu’au-delà de la politique, le sport est une école pour tout le monde. C’est un lieu de rassemblement et nous devrions, dans la mesure que cette épreuve se déroule dans notre pays, considérer que c’est le Gabon tout entier qui est engagé. Ce n’est pas telle province, ni telle ville, mais c’est le Gabon tout entier. Au-delà de notre appartenance politique, nous devons savoir nous retrouver pendant cette période pour magnifier le sport et pour magnifier aussi notre pays qui a l’honneur d’accueillir une compétition internationale très importante. La politique, oui, le sport est un élément important pour notre pays et je pense que nous devrions, en tant que Gabonais, saisir cette opportunité pour faire preuve de notre union, de notre rassemblement au-delà nos différences politiques ou autres.

Je Souhaite que les Panthères soient agressives, des Panthères efficaces. Qu’elles gagnent tous les matchs qu’elles disputeront pour être en finale de cette compétition.