Le match d’ouverture de la Can Total 2017 n’a pas été une rencontre époustouflante. Tétanisés par l’enjeu, la Guinée Bissau et le Gabon ont été minimalistes sur la production du jeu comme sur la gestion de la rencontre. Les deux équipes se sont séparées sur un score d’un but partout.

Une période de la rencontre Gabon VS Guinée-Bissau, le 14 janvier 2017, au stade de l’Amitier d’Angondjé. © Gabonreview

 

Très attendues par une nation en quête de sursaut, les Panthères n’ont pas réussi leur entrée dans cette compétition. Elles n’ont pas pu se défaire de la sélection Bissau guinéenne.

Crispés dès le démarrage de la rencontre, les Gabonais ont laissé leurs adversaires contrôler le ballon lors des vingt premières minutes. Cette domination a permis à l’équipe adverse de gagner en confiance, de se libérer et surtout tenter quelques belles incursions.

C’est dans la demi-heure de jeu que les Panthères sont peu à peu sorties de leur léthargie, grâce à une densification du volume de jeu de son milieu du terrain amené par Ibrahim Ndong, Tandjigora et Dénis Bouanga.

La rencontre Gabon VS Guinée-Bissau. © Gabonreview

Malheureusement, les poulains de Camacho ont accumulé maladresses et déchets, ce qui leur a privé de s’approcher des buts gardés par Jonas Mendes, le portier bissau-guinéen, jusqu’à la fin de la première période.

La seconde mi-temps a un peu souri aux Panthères, qui ont décidé de mettre le pied sur le ballon et de se porter vers l’attaque. De retour des vestiaires, certainement galvanisés par le discours de José Antonio Camacho, les coéquipiers de Pierre Emerick Aubameyang vont presser leurs adversaires dans leur moitié du terrain. C’est ainsi qu’à la 52e minute, Denis Bouanga hérite d’un ballon mal renvoyé de la tête par un défenseur bissau-guinéen, pour mettre son capitaine sur orbite, sur un centre tendu, qui va inscrire le premier but de la partie.

Pour contenir les assauts gabonais, le coach bissau-guinéen va effectuer trois changements coup sur coup, qui se révèleront bénéfiques. Son équipe va reprendre peu à peu l’ascendant sur les Panthères qui cherchaient à tout prix à conserver le score au lieu de faire le jeu.

À la 90e minute, sur un coup franc tiré de la droite vers la gauche des buts gabonais, Juary Soares va se défaire du marquage de Bruno Ecuele Manga pour inscrire le but de l’égalisation.

Les trois minutes de temps additionnel accordées par l’arbitre égyptien n’ont pas suffi à la bande d’Aubameyang d’opérer un miracle et offrir à la nation la victoire tant attendue. Sans fond de jeu, sans fortes individualités, les Panthères peuvent-elles se ressaisir lors de deux dernières rencontres pour amener le Gabon au second tour ? La nation gabonaise retient son souffle !