Lassés d’attendre le paiement de leurs primes et la réponse des responsables quant à leurs différentes revendications, les agents de la Caisse de stabilisation et de péréquation (Caistab) ont récemment exprimé leur colère au siège de Libreville.

Si le DG Ismaël Ondias Souna a le sourire, ses collaborateurs l’ont moins ces derniers jours. © Caistab

 

Plus d’une semaine après la rentrée des classes, le paiement de l’Allocation de rentrée scolaire (ARS) n’est toujours pas intervenu à la Caistab. Ce retard, les agents ne le voient pas d’un bon œil. Ils ont tenu à exprimer leur doute, mais surtout leur colère vis-à-vis des responsables de la structure publique, à la faveur d’une récente assemblée générale au cours de laquelle, les deux syndicats de l’entreprise ont fustigé le silence de la direction générale sur le sujet.

Si la Caistab fait face à des difficultés de trésorerie ces derniers temps, les agents n’en savent rien. «Le directeur général ne nous a jamais appelés pour nous signifier l’existence d’un quelconque problème ni pour nous informer que cette prime va être suspendue», a indiqué un des porte-paroles des agents en colère. Or, le silence des patrons de la Caistab sur le cahier des charges élaboré par les délégués du personnel n’a pas de quoi rassurer, particulièrement au sujet de la mise en place de la convention d’entreprise demandée par les agents. Cette convention est attendue depuis des mois, a rappelé le porte-parole des agents.

De son côté, au sujet du retard pris dans le paiement de l’ARS, la direction générale pointe «un problème d’information et de professionnalisme» chez ses collaborateurs. Les agents ne se seraient pas rapprochés des responsables pour comprendre, par exemple, qu’il s’agit, non d’un refus de satisfaire leurs attentes, mais plutôt de tenir compte des priorités. Une «programmation» a été mise en place, a annoncé Jean Jacques Ango, le directeur général adjoint. «Nous avons décidé de payer l’allocation de rentrée scolaire en dernière position parce qu’elle est la moins coûteuse», a expliqué le DGA, selon qui «les charges les plus lourdes» ont constitué la priorité de la direction générale.

Si les agents de la Caistab attendront encore quelques semaines voire des mois pour la satisfaction complète de toutes leurs revendications, pour ce qui est de l’ARS, la direction générale assure qu’elle sera payée le 14 octobre prochain. Cette allocation est de 150 000 francs par agent «sans distinction de catégorie».