Permettre aux jeunes entrepreneurs gabonais, de la filière café-cacao, de développer leurs compétences en matière de gestion financière et managériale. Tel est l’objectif du partenariat signé entre les deux entités, le 24 février dernier à Libreville.

Poignée de main entre Radia Garrigues et Ismaël Ondias Souna après la signature du partenariat, le 24 février 2017 à Libreville. © Gabonreview

 

Dans le cadre de l’initiative Jeunes entrepreneurs du café-cacao (Jecca), la Caisse de stabilisation et de péréquation (Caistab) a sollicité l’expertise de Junior Achievement Gabon (JA Gabon) en matière de formations. D’où la convention de partenariat signée entre les deux parties, le 24 février dernier à Libreville. Objectif : permettre aux jeunes entrepreneurs gabonais, de la filière café-cacao, de développer leurs compétences en matière de gestion financière et managériale.

«Ce que la Caistab et JA Gabon veulent faire, c’est mettre en place un programme qui va former des entrepreneurs : des Gabonaises et Gabonais, qui auront aussi bien été formés en techniques de bonnes pratiques agricoles ; mais également au management», a expliqué le directeur général de la Caistab.

Quelques moments de la cérémonie. © Gabonreview

«Car, un entrepreneur, c’est quelqu’un qui gère une société. L’entrepreneur agricole doit pouvoir savoir gérer une entreprise. C’est donc cela que nous souhaitons mettre en place, à travers ce partenariat : créer un nouveau type d’entrepreneurs gabonais dans l’agriculture, formés par la Caistab au niveau technique, et JA Gabon au niveau management et entreprenariat», a poursuivi Ismaël Ondias Souna.

Pour la directrice exécutive de JA Gabon, «ce partenariat nous permet d’aider la Caistab à amener les jeunes planteurs à revenir vers la terre, avec plus de capacités, plus de compétences managériales et plus de notions pour mieux gérer et pérenniser leurs plantations». «Notre rôle à nous est de venir comme un assistant technique, faire de la formation auprès des ingénieurs agricoles de la Caistab et auprès des jeunes. Pour ces derniers, nous assurerons également le suivi des projets pour s’assurer qu’ils pourront vivre de leurs plantations à l’avenir», a indiqué Radia Garrigues.

Au total, la Caistab et JA Gabon, dans le cadre de leur convention, mutualiseront leur savoir-faire pour accompagner et encadrer 50 jeunes issus du monde rural et des établissements de formation agro-pastorale : 25 à Oyem, 5 à Makokou, 10 à Franceville, 5 à Tchibanga et 5 à Mouila. Selon le directeur général de la Caistab, la sélection des jeunes s’est faite de manière très rigoureuse.

«La sélection s’est basée sur des critères très spécifiques. Par exemple : nous avons sélectionné des jeunes disposant déjà d’au moins un hectare cultivable pour le café et le cacao. Nous avons également pris des jeunes cumulant deux ans de présence dans leurs villages et souhaitant y demeurer», a révélé Ismaël Ondias Souna.

Par ailleurs, cette convention concerne également les ingénieurs agricoles de la Caistab, chargés du suivi des projets. Afin de parfaire leur expertise, 10 ingénieurs bénéficieront d’une formation accrue en matière de gestion financière. A travers le programme Jecca, la Caistab poursuit son objectif de former 250 jeunes aux métiers du café-cacao, durant les trois prochaines années. Elle concrétise ainsi son ambition de redynamiser, moderniser et pérenniser cette filière de l’économie gabonaise.