A quelques jours de la livraison officielle de la phase 1 du Central African Backbone (CAB4), le gouvernement envisage déjà une étude pour le développement de la seconde phase du projet visant la construction d’un réseau d’accès à la fibre optique très haut débit sur l’ensemble du territoire national.

La société Tecnofibre, pendant les travaux de pose de PEHD et fibre optique au Gabon, en 2016. © Tecnofibre.fr

 

Après le Backbone national P1, le gouvernement envisage de lancer, en 2018, les travaux du Backbone national P2. Le ministère de l’Economie et de la Prospective s’est lancé, mercredi 6 décembre, dans la recherche d’un consultant devant mener l’étude en vue du développement d’un réseau d’accès à la fibre optique très haut débit à l’échelle nationale. Initiée dans le cadre du CAB4+ financé par la Banque mondiale, cette étude vise à «montrer l’intérêt d’une démarche de schéma directeur FTTX à l’échelle de plusieurs départements et communes du territoire national».

«Il s’agit d’évaluer le coût de déploiement d’un tel réseau pour les différentes poches d’habitat du territoire national et de définir un chemin optimal pour sa couverture de façon progressive et à moindre coût. Sur la base d’une telle étude, la collectivité est en mesure de se doter d’une vision prospective de la couverture très haut débit de son territoire», précise le ministère de l’Economie et de la Prospective selon lequel, «le principe d’une telle étude est d’analyser la faisabilité technique et financière d’un déploiement FTTX sur un territoire donné».

Concrètement, la phase 2 du CAB4 consistera à déployer la fibre optique sur l’axe nord du pays d’une part et d’autre, d’amorcer l’axe sud, empruntant exclusivement des tronçons routiers. La phase 1 du projet qui sera officiellement livrée le 22 décembre prochain avec l’interconnexion entre le Congo et le Gabon. Elle a consisté à déployer une liaison fibre optique sous-marine entre Libreville et Port-Gentil et une liaison fibre terrestre empruntant principalement la voie ferroviaire du Transgabonais entre Libreville et Franceville et accessoirement des tronçons routiers.