Des patrons de l’administration publique, présentés comme des «supers directeurs généraux» ont semblé boycotter, ce mardi, le ministre d’Etat en charge de la Communication et de l’Economie numérique en décidant de se faire représenter à une cérémonie de signature de convention. Le porte-parole du gouvernement l’a mal pris et l’a fait savoir.

Guy-Bertrand Mapangou et Chantal Akouosso (déléguée), avant d’écourter la cérémonie du 13 novembre 2018. © Gabonreview

 

Quelques personnes présentes à la cérémonie, dont le DG de Gabon Telecom et celui de la Spin. © Gabonreview

Prévue ce mardi 13 novembre, la signature officielle du transfert d’actifs entre l’Agence nationale des infrastructures numériques et des fréquences (Aninf) et la Société de patrimoine des infrastructures numériques (SPIN) n’a pu avoir lieu. Des patrons de structures publiques impliquées au premier chef dans le secteur, invités à la cérémonie, ne se sont pas donné la peine d’y prendre part. Ils ont choisi de se faire représenter. Leur choix n’a pas plu à Guy-Bertrand Mapangou qui, moins de 3 minutes après son début, a décidé de lever la séance.

En effet, tout en assurant ses invités de ce que son intention n’était pas de «faire l’appel» comme à l’école, le ministre d’Etat en charge de la Communication et de l’Economie numérique a tout de même tenu à vérifier qui était présent à la cérémonie. A la lecture de la liste des présences, il s’est vite aperçu qu’en plus de l’absence de la représentante pays de la Banque mondiale, plusieurs directeurs généraux s’étaient une nouvelle fois fait représenter. C’est notamment le cas de Lin Mombo, patron de l’Arcep, et d’Alex-Bernard Bongo Ondimba, patron de l’Aninf.

Si le membre du gouvernement a laissé éclater sa colère devant les autres convives, c’est parce qu’il considère leur choix de se faire représenter à la cérémonie comme un manque de respect à son égard. «La séance reprendra quand tout le monde sera là. Il faut apprendre à respecter les gens», a-t-il lancé en quittant brusquement son siège.

L’autre raison qui véritablement a fâché Guy-Bertrand Mapangou, selon des indiscrétions, est le fait que le choix de Lin Mombo et d’Alex-Bernard Bongo Ondimba de se faire représenter à une cérémonie officielle n’est pas nouveau. Aux séances de travail organisées par la tutelle, ils sont «toujours représentés» a constaté le ministre en lisant la liste des présences. Pis, pour la cérémonie de ce mardi 13 novembre, les deux patrons ne se sont pas fait représenter par leurs adjoints respectifs, mais plutôt par des collaborateurs arrivant loin dans l’organigramme de leurs structures.

«Pour Alex-Bernard Bongo Ondimba, ça ne m’étonne pas, réagit sous le couvert de l’anonymat un ancien collaborateur d’Alain-Claude Bilie-By-Nze au ministère de la Communication. Il a rarement honoré aux invitations du ministre à l’époque, au point qu’il s’est fait remonter les bretelles une fois par le ministre de l’époque. Par la suite, le ‘‘super DG’’ de l’Aninf s’est forcé à répondre aux invitations de la tutelle. Ça se voyait d’ailleurs qu’il était mal à l’aise de se retrouver là.»

S’il n’a pas fourni d’explications avant d’envoyer son représentant, un agent de l’Arcep tente de disculper son patron, en évoquant «son âge avancé» et «la tonne de travail» qu’il doit évacuer. «Et puis, le patron n’aime pas trop les réunions», finit-il par lancer. Comme quoi, les «supers DG», les «roitelets» comme les appelait Omar Bongo en son temps, ont encore de beaux jours devant eux au Gabon. A moins que certains ministres, à l’instar de Guy-Bertrand Mapangou, ne les fassent descendre de leur piédestal.