Fin, digne d’un film dramatique, de l’aventure humaine du père du cinéma gabonais : il s’est tiré une balle dans la bouche autour de 19 heures à Libreville.

Philippe Mory, dans «Les couilles de l’éléphant» d’Henri-Joseph Koumba. © D.R.

Philippe Mory, dans «Les couilles de l’éléphant» d’Henri-Joseph Koumba. © D.R.

 

Acteur, réalisateur, père du cinéma gabonais, Philippe Mory s’est suicidé en fin d’après-midi, ce mardi 7 juin à Libreville. Selon les premiers témoignages, ses voisins ont entendu, du studio qu’il occupait ces derniers à Nzeng-Ayong dans le 6e de Libreville, une détonation d’arme à feu puis le bruit sourd d’une masse tombée. Ayant accouru, ils ont découvert que le réalisateur de « Les tamtams se sont tus », s’est tiré une balle de fusil à pompe dans la bouche. Nous y reviendrons.