Taylor Mabika vs Zine Eddine Benmakhlouf, c’est l’affiche d’un combat de championnat du monde Lourds-Légers, ce 17 décembre à Libreville.

Taylor Mabika et Zine Eddine Benmakhlouf à la veille de leur combat, le 16 décembre 2016 à Libreville. © Gabonreview

 

A 24 heures du duel entre Taylor Mabika et Zine Eddine Benmakhlouf, les organisateurs ont décliné, ce 16 décembre à Libreville, les enjeux de ce combat. Prévu ce 17 décembre à Libreville, il s’agit d’un combat de championnat du monde de la Fédération mondiale de boxe (WBFed) où le champion en titre, Zine Eddine Benmakhlouf, met sa ceinture en jeu face au challenger Taylor Mabika.

La ceinture convoitée par Taylor Mabika, les deux combattants pendant la pesée avant une photo de circonstance. Puis, les officiels pendant la conférence de presse. © Gabonreview

Selon un membre du comité exécutif de la WBFed, «ce sera un combat de 12 rounds de trois minutes avec, entre chaque round, une minute de pause». Tonio Tiberi a espéré, par ailleurs, que cet affrontement sera un très beau combat, où seule la boxe l’emportera.

Les officiels ont également abordé un certain nombre de d’aspects autour de l’organisation de ce combat. Notamment le choix porté sur Libreville pour abriter ce championnat,  ainsi que l’organisation de l’événement confiée à une structure privée, en lieu et place de la Fédération gabonaise de boxe (Fegaboxe).

Concernant le second aspect, le président de WBFed a justifié qu’il s’agissait de donner de la visibilité au pays, et de mettre en lumière les talents locaux sur la scène internationale. «Cela permet au Gabon de se positionner sur le plan africain, comme une terre de boxe professionnelle», a ajouté Howard Goldberg

Au sujet de l’organisation, un membre de la WBFed a laissé entendre que «c’est au ministère des Sports de choisir à qui il remet l’agrément permettant d’organiser un tel combat». Etant donné la portée du combat qui est mondiale, «le ministère a porté son choix sur une structure privée (Yoka Com’Event, une agence gabonaise de communication évènementielle, ndlr), en lieu et place de la fédération locale, qui n’organise pas de combats internationaux», a-t-il expliqué.

De leur côté, les boxeurs sont revenus chacun sur leur préparation et leur état d’esprit à quelques heures de leur affrontement. «Je suis rentré au Gabon il y a trois semaines, où je me suis préparé à Mayumba au lieu de Libreville comme à l’accoutumée. Dans le Sud du pays, j’ai retrouvé un certain nombre de valeurs, j’ai pu me concentrer avec sérénité absolue», a lancé Taylor Mabika, qui a dit très bien connaître son adversaire.

Le champion algérien, quant à lui, a dit s’être préparé comme d’habitude, en prenant ce combat avec le plus de sérieux possible. «D’autant que nous connaissons notre adversaire, que nous avons déjà rencontré en France. Nous savons que c’est adversaire de talent, un bon pugiliste», a laissé entendre Zine Eddine Benmakhlouf.

Ce combat présenté comme le «choc des titans», sera précédé d’un «un gala de boxe qui sera une opportunité de promouvoir la discipline chez les jeunes», a expliqué un responsable de Yoka Com’Event. Selon Alexis Abessolo, trois combats sont prévus pour cette première partie de soirée.

Le premier opposera Franck Mombey à Nemanja Sablijov, dans un combat de quatre rounds de trois minutes. Le deuxième mettra aux prises Morgan N’Dong Zue et Mohamed Larabi en six rounds de trois minutes. Le dernier combat, enfin, verra s’affronter Petit Jésus Gnintedem et Mickaël Peynaud en six rounds de trois minutes.