N’étant toujours pas entrés en possession de leurs bons de caisses, plusieurs agents publics ont observé un sit-in au ministère de la Fonction publique, le 6 août à Libreville.

Sit-in des fonctionnaires chez Ali Akbar Onanga Y’obeghe, le 6 août 2018. © D.R.

 

La colère née de la mise sous bon de caisse des agents publics de l’Etat a éclaté au grand jour, le 6 août à Libreville. Plusieurs dizaines de fonctionnaires ont manifesté au ministère de la Fonction publique, où ils ont dressé des barricades pour réclamer leurs bons de caisses, non perçus à ce jour.

Depuis le début de distribution du précieux sésame en effet, le 17 juillet à Libreville, beaucoup d’agents se plaignent de la longue attente. Lassés, les agents concernés ont laissé éclater leur colère au ministère de la Fonction publique.

Pour se faire mieux entendre, les manifestants ont brandi des banderoles flanquées de messages édifiants. «Libérez les bons de caisse, les travailleurs ne sont pas des esclaves. Où sont passés nos bons de caisse ?», peut-ont lire sur une banderole. Une grosse épine dans les pieds du ministre Akbar Onanga Y’obeghe ? Pas sûr.

En effet, la tutelle semble sereine. Selon le directeur de cabinet du ministre de la Fonction publique, les fonctionnaires ont simplement manqué de patience. D’autant que «la commission de recours a déjà siégé et les de conclusions seront rendues publiques dans quelques heures», a expliqué Aimé Brice Sackyss.

De sources internes indiquent qu’un communiqué sera publié dans les prochains jours pour édifier les agents ayant introduit des recours. Affaire à suivre.

Auteur : Jean-Thimothé Kanganga