S’il a enregistré des résultats négatifs en 2016, le spécialiste des bois tropicaux certifiés s’est donné les moyens de rebondir dans le cadre de l’exercice en cours. Le groupe s’est donné les moyens de son développement dans le Bassin du Congo.

© rougier.fr

 

Le groupe Rougier a récemment publié ses comptes annuels 2016, caractérisés par une perte nette de 6,3 millions d’euros. En 2016, effet, dans un contexte de contraction de la demande dans les principaux pays émergents, la branche Rougier Afrique International a enregistré un chiffre d’affaires de 124,7 millions d’euros, en retrait de 11,6% par rapport à 2015.

«Ce recul de l’activité s’explique par la baisse significative des prix à l’export de certaines essences et par la baisse d’un peu plus d’un tiers des ventes de négoce international en Afrique. Cette contraction pèse sur les marges, particulièrement au Cameroun et au Congo», a expliqué Rougier.

Par ailleurs, le résultat opérationnel est négatif de 0,8 millions d’euros, contre un résultat positif d’un million d’euro l’an dernier. «Il intègre en 2016 une dépréciation pour perte de valeur d’actifs immobilisés au Cameroun pour un montant de 1,6 million d’euros ; en 2015, une dépréciation d’actifs au Gabon avait été enregistrée pour un montant de 1,5 million d’euros», a souligné le groupe. Et ce dernier de préciser que le résultat opérationnel comprend également une plus-value réalisée sur la cession d’un actif immobilier en France, pour un montant de 1,3 million d’euros.

En termes de perspectives, Rougier a annoncé la poursuite du recentrage stratégique de ses activités en Afrique, en privilégiant les productions à plus forte rentabilité, tout en optimisant ses flux logistiques et son organisation. Au Gabon notamment, Rougier développe sa production forestière en se positionnant comme un acteur incontournable dans le développement d’une industrie forestière responsable.

«Cette nouvelle dynamique se matérialise depuis février 2017, par un contrat majeur de fourniture de grumes avec Gabon special economic zone (GSEZ), particulièrement structurant pour le développement des activités du Groupe au Gabon», a souligné le groupe forestier. Parallèlement, il prépare le démarrage de ses premières productions en République Centrafricaine.

Par ailleurs, Rougier Afrique International s’est donné les moyens de son développement dans le Bassin du Congo. En effet, la branche Rougier Afrique International a signé le 12 mai dernier avec Proparco, filiale de l’Agence Française de Développement (AFD), un emprunt de 15 millions d’euros sur 10 ans, assorti d’une période de franchise en capital de trois ans.