Gabon special economic zone (GSEZ) et Rougier Gabon viennent de conclure un accord permettant à l’opérateur français de fournir des grumes d’Okoumé destinées aux industriels installés sur la Zone économique spéciale (Zes) de Nkok.

Grumier chargé de billes d’Okoumé. © static.panoramio.com

Gabon special economic zone (GSEZ) et Rougier Gabon ont annoncé, ce 10 janvier, la signature d’un contrat majeur qui permettra, à terme, de franchir des étapes importantes dans la transformation du bois au Gabon. Selon les termes du contrat, Rougier fournira, à compter du 15 février prochain, des grumes d’Okoumé destinées aux industriels installés sur la Zone économique spéciale (Zes) de Nkok, à 27 kilomètres de Libreville, dont GSEZ assure l’aménagement et la gestion.

Rougier Gabon s’est engagée à livrer annuellement 110 000 m3 d’Okoumé, pour une durée de sept ans. Ce partenariat entre GSEZ et Rougier s’inscrit dans le cadre de la politique de valorisation de la transformation locale du bois, sur une chaine de valeur complète (bois légal du Gabon et transformation locale). L’ambition est de franchir un cap dans la deuxième et troisième transformation du bois, notamment pour les domaines de matériaux de construction, de portes et fenêtres, du mobilier, etc.

Cet accord met en relief la dimension durable du pôle de compétitivité développé par GSEZ : utilisation exclusive du bois légal géré durablement, formation des hommes et création d’emplois pour faire émerger le Gabon comme une des références en matière de transformation du bois sous toutes ses formes.

Dans cette perspective, GSEZ se réjouit d’avoir sélectionné Rougier pour «la qualité de ses concessions et de ses équipements, pour sa capacité à fournir mensuellement des volumes importants de bois de qualité et pour son expertise dans la gestion responsable des forêts».

Pour Rougier Gabon, ce contrat permet de soutenir le développement de ses activités au Gabon, tout en améliorant les conditions d’exploitation de sa production forestière. Une véritable bouffée d’oxygène pour l’opérateur français qui, la veille, a annoncé un chiffre d’affaires consolidé de 149,4 millions d’euros en 2016, en retrait de 9,3% par rapport à 2015.