Le Gabon se prépare à lancer son douzième appel d’offres pour l’attribution des permis d’exploration en eaux peu profondes et profondes.

Une plate-forme offshore au Gabon. © agmp

 

Le 7 novembre prochain, le ministre du Pétrole et des Hydrocarbures, Pascal Houangni Ambouroue, procédera au lancement officiel de la douzième phase de délivrance de licences en eaux peu profondes et en eaux profondes. L’ouverture de cette opération, en partenariat avec la société de géosciences Spectrum, est prévue en marge de la 25e Semaine africaine du pétrole, qui aura lieu à Cape Town, en Afrique du Sud, du 5 au 9 novembre 2018.

Si le nombre de blocs pétroliers inscrits dans cette opération n’est pas encore révélé, cette douzième phase portera sur une superficie totale de 17 000 km2, données issues des levés sismiques 3D en eaux peu profondes sur les îlots ouverts dans le cadre de la 12e session de licence.

«Des données sismiques ont été acquises dans le nord et le sud du pays. Le levé sud de 11 500 km2, maintenant terminé, constitue le jeu de données définitif permettant d’illustrer le pré-sel et, pour la première fois, les séquences intra-syn-rift peuvent être ciblées. Au nord, acquisition d’un levé 3D de 5 500 km2 permettant de capturer des cibles pré et post-salifères», assure la direction générale des hydrocarbures (DGH).

Ce nouvel appel d’offres devrait permettre au gouvernement de poursuivre sa stratégie de diversification des partenaires économiques, tout en renforçant ses relations avec ses partenaires traditionnels.

Cette activité d’octroi de permis sera immédiatement suivie d’un atelier technique et fiscal qui détaillera le nouveau code pétrolier, le cycle de licences et les conditions associées.