En confiant, en décembre dernier, à la société de géosciences Spectrum la campagne sismique 3D au large du Gabon, le gouvernement prépare déjà la prochaine opération d’attribution de blocs pétroliers pour relancer le secteur.

Un ingénieur en plein sondage sismique. © worldmaritimenews.com

 

Après la signature d’un nouveau contrat avec le gouvernement gabonais, il y a quelques mois, le 31 décembre 2016, Spectrum, en collaboration avec la direction générale des Hydrocarbures (DGH), a lancé la première d’une série de plusieurs programmes d’acquisition sismique multi-client 3D au large du Gabon.

Les différents sondages réalisés par cette société norvégienne de géosciences concernent les zones sous-explorées sur des blocs ouverts en eau peu profonde. La nouvelle sismique à large bande 3D, a indiqué la société, permettra d’imaginer des types de jeu pré et post-sel à fort potentiel.

Grâce aux données de ces sondages en profondeur, les autorités gabonaises pourront mieux identifier les futurs cycles de permis, et faciliter de ce fait les activités d’exploration immédiate lorsque les blocs seront attribués. Il y a trois jours, a annoncé Spectrum, «une première acquisition du sondage Gryphon 3D de 10 000 km² dans le sud du Gabon a été lancée». Celle-ci, soutenue financièrement par quelques acteurs de l’industrie, devrait connaître son terme au troisième trimestre 2017.

En attendant, la société de géosciences norvégienne, qui détient déjà plus de 20 000 km de données sismiques 2D en mer gabonaise, envisage également de lancer, respectivement au cours du premier et deuxième trimestre de l’année qui commence, un sondage de plus de 5000 km² (en plein air) dans le nord du Gabon, et un sondage 3D 3000 km2 supplémentaires au large des côtes gabonaises. Toutes ces nouvelles données sismiques 3D devraient commencer à être disponibles vers fin-2017, avant le lancement des appels d’offres par le ministère du Pétrole et des Hydrocarbures.