Après la capture de l’image d’un jeune lion en 2015 dans le parc national des plateaux Batéké, l’Agence nationale des parcs nationaux (ANPN) dit avoir aperçu dans le même parc, il y a quelques mois, une hyène tachetée. Cette espèce animale avait été considérée comme localement disparue.

Une hyène tachetée (illustration). © Oliver Höner

 

Nouvelle surprise venue du parc national des plateaux Batéké, au sud-est du Gabon. Une hyène tachetée y a été aperçue le 25 octobre 2017 dans le cadre d’une étude en cours sur la faune de Batéké. Ça n’était pas arrivé depuis 20 ans dans ce parc, s’est réjoui l’ANPN dans un communiqué rapporté par le site de Science et Avenir.

A l’ANPN, l’on pense que cette hyène «s’est peut-être dispersée dans le parc national d’Odzala-Kokua au Congo voisin». D’autant que cette espèce animale avait été considérée comme localement disparue. La preuve de sa présence dans le parc a été rendue possible grâce à une des photo-pièges disposées par l’ONG américaine Panthera, spécialisée dans la protection des félins à travers le monde. Des photo-pièges qui avaient permis de capturer l’image d’un jeune lion mâle dans le même parc des plateaux Batéké, en 2015.

«Le retour de ces grands carnivores est une belle démonstration que les efforts de nos écogardes et de nos partenaires ont un effet positif sur la faune des plateaux Batéké», a souligné le Pr Lee White, directeur de l’ANPN, cité dans le communiqué de l’Agence.

Le jeudi 18 janvier, l’ANPN a par ailleurs annoncé qu’après 2 ans d’enquête, le «plus grand réseau de trafiquants d’ivoire au Gabon» a été démantelé. Cette opération, «Nzok», a été menée en collaboration avec les ministères de la Défense nationale et de la Justice, l’Agence gabonaise d’études et d’observations spatiales (Ageos), la direction générale de la Sécurité extérieure (renseignements français) et Interpol.