Suite au scandale de la fraude à la carte Visa prépayée, l’administrateur directeur général de BGFI a été démis de ses fonctions, le 21 février dernier. Ses adjoints assureront l’intérim à la tête de l’établissement bancaire, jusqu’à la désignation du nouveau directeur général, le 10 mars prochain.

Le siège de BGFIBank à Libreville. © D.R.

 

Conformément à sa volonté d’apporter des clarifications dans le scandale financier au sein de la Banque gabonaise et française internationale (BGFI), le conseil d’administration de cette banque, réuni en session extraordinaire, le 21 février, a pris une décision forte. En effet, l’administrateur directeur général de l’établissement bancaire, Edgard Théophile Anon, a été démis de ses fonctions.

«En raison des fraudes perpétrées via certaines cartes Visa Prépayées, et qui continuent de faire l’objet d’investigation tant par les services de police, que par les services internes de la Banque, les mesures adéquates et immédiates ont été prises pour optimiser les procédures de contrôle et de sécurité afin de répondre aux exigences légitimes de notre clientèle», a expliqué le conseil d’administration.

En attendant la désignation d’un nouveau manager, une équipe provisoire a été mise en place. Le conseil d’administration a ainsi porté son choix sur Emmanuel Berre et Marie-Ange Ndoungou pour diriger la boîte. Jusqu’ici, les dirigeants intérimaires étaient tous directeurs généraux adjoints.

«La nomination du nouveau directeur général se fera selon la procédure de recrutement des dirigeants en vigueur au sein du Groupe, le 10 mars 2017, date du prochain conseil d’administration», a annoncé le conseil d’administration.

Il y a quelques jours, BGFIBank a déclaré avoir déjoué au Gabon, une opération de fraude à la carte Visa prépayée, d’une grande ampleur. Rechargées depuis le réseau informatique de la banque, ces cartes permettaient à des complices de retirer les espèces depuis le Gabon et l’étranger.

Quelques éléments de l’enquête ouverte par le top management de l’établissement bancaire, ont mis en lumière une perte sèche de 1,9 milliard de francs CFA avec, à la clé, de nombreux détenteurs de cartes prépayées floués. En dehors d’Edgard Théophile Anon, plusieurs autres cadres de cette banque font le frais de ce scandale des cartes de crédit.