L’avis du parrain de la Tropicale Amissa Bongo sur les trois premiers jours de la 12ème édition de cette compétition cycliste.

Bernard Hinault, le 1er mars 2017 à Koulamoutou. © Gabonreview

 

Invité d’honneur de la Tropicale Amissa Bongo, Bernard Hinault  est d’abord connu comme un ancien coureur ayant gagné 5 fois le Tour de France, «un peu le tour d’Italie et un peu le tour d’Espagne», selon sa propre expression. Son avis sur les premières journées de la compétition est donc celui d’un œil avisé. «Sur trois premières journées, c’est très vivant. On s’aperçoit  quand même que c’est souvent les Africains, en général, qui font la course et ce sont les Européens qui récupèrent les fruits du travail de la journée. Il reste qu’on a vraiment une très belle course. Que ce soit les Erythréens, les Rwandais ou  d’autres coureurs tels que les Marocains ou les  Algériens, tout le monde y va quoi et ça c’est génial

Se refusant à un pronostic, il s’offusque presque lorsqu’on lui dit l’édition 2017 se terminera, comme toujours, par la victoire des professionnels. «Non ! non ! Il ne faut pas dire ça.  La course n’est pas finie il y a encore une bonne trentaine des coureurs qui sont dans une minute et quand on voit ce qu’il s’est passé aujourd’hui, il peut encore se passer plein de choses : ça pourrait bien être un coureur d’une autre nation que les  coureurs Européens qui va gagner. Il peut y avoir des choses encore merveilleuses à se faire jusqu’au dernier jour». Il reste que