A 36 ans, la Gabonaise s’est fixée un nouveau challenge en signant à Nice pour deux saisons. Entre temps, Géraldine Robert a été nommé conseiller du ministre des Sports et compte y mettre du sien pour remettre à flot la sélection gabonaise féminine de basket.

© D.R.

 

Invitée du journal Afrique sur TV5Monde le 3 juillet, Géraldine Robert a évoqué plusieurs aspects inhérents à sa carrière, mais également ses projets. Ayant joué dans plusieurs championnats européens où elle a remporté chaque fois le titre de meilleur joueur, comme en France en 2013, la Gabonaise de 36 ans s’est fixée un nouveau challenge en signant à Nice pour deux saisons.

«Je voulais encore jouer et c’était vraiment une belle occasion d’aller dans un bon club avec un bon projet. J’ai donc sauté sur l’occasion et j’ai signé à Nice», a déclaré la vice-championne de France 2017, avec Lattes-Montpelliers. Forte de son expérience, Géraldine Robert a par ailleurs été nommée conseiller du ministre des Sports. «J’ai été approchée par le ministère des Sports, parce qu’il veut redynamiser le basket-ball au Gabon et il a directement pensé à moi», a-t-elle révélé.

Avec le ministère et la Fédération gabonaise de basket-ball (Fegabab), l’internationale gabonaise va tenter de restructurer et réorganiser le basket local, loin de son pic de forme. Aussi, cette nomination au poste de conseiller permettra-t-elle à Géraldine Robert de superviser ses camps de basket à Libreville, comme c’est le cas depuis plusieurs années.

«En effet, j’ai un été chargé avec mes camps de basket pour enfants de 8 à 18 ans. Je le fais depuis plusieurs années à travers mon association Yemaly. Juste après cette initiative j’aurai ma saison qui va démarrer», a-t-elle lancé, avant de s’étendre sur ses projets. «J’ai également des invitations comme en Afrique du Sud, où je participerai à une rencontre dédiée aux sportifs-entrepreneurs», a révélé la basketteuse.

Géraldine Robert s’est également prononcé sur la non-participation du Gabon à l’Afrobasket féminin 2017, en août prochain, co-organisé par le Sénégal et la Tunisie. «Il y a beaucoup de regrets pour le Gabon, mais je pense que c’est un mal nécessaire. Cela n’aurait servi à rien d’avoir une équipe non préparée prenant part au tournoi. Il faut donc tout réorganiser, tout restructurer et partir de la base. La base c’est la formation des jeunes et je pense que je vais beaucoup insister sur cet aspect», a-t-elle déclaré, glissant par ailleurs son pronostic sur le tournoi.

«Le Sénégal a vraiment une chance parce que le pays regorge de joueuses dans plusieurs championnats européens. Mais il y a également des outsiders à l’instar de l’Angola ou encore le Mali. Ça va être une belle compétition», a conclu Géraldine Robert.