Prévue le 13 octobre dernier, l’assemblée générale élective de l’Ordre national des Avocats du Gabon a finalement été reportée. Les raisons de ce report n’ont pas convaincu au sein du Barreau…

© Gabonreview

 

Le 11 octobre, le bâtonnier intérimaire, Me Norbert Issialh, a, par lettre, confirmé la tenue de l’élection le 13 octobre, tout en informant les membres de l’Ordre que Me Albert Bikalou, l’un des deux candidats, venait de retirer sa candidature. Il ne restait donc qu’un candidat, Me Lubin Ntoutoume.

Les avocats se préparaient alors à aller à cette assemblée générale élective. Mais l’affaire connaîtra un rebondissement le lendemain. Me Andréa Amvame, président de chambre au Conseil d’Etat, prend une ordonnance le 12 octobre portant suspension – donc report – de l’élection, du fait du dépôt d’un recours par un avocat. Ce recours devrait être examiné cette semaine, précisément  le 15  ou  le 16 octobre.  «Comment a-t-elle pu, avec autant de facilité, accepter ce recours à quelques heures du scrutin ?», se demande-t-on chez certains membres de la corporation.

 «L’élection du bâtonnier de l’Ordre des avocats du Gabon prend une tournure comique. D’abord prévu pour le 6 octobre, elle a ensuite été annoncée pour le 13, en raison de la tenue des élections législatives et locales. Maintenant qu’il n’y a qu’un seul candidat, elle est à nouveau reportée pour trouver un autre candidat sans aucun doute», affirme, un brin ironique, un avocat connu pour sa gouaille. «Que cherche le Conseil d’Etat à travers ces décisions incompréhensibles ? Que veut-il nous faire comprendre ?», s’interroge une avocate qui affirme «en avoir une petite idée», car elle est «tout sauf naïve».

En début de semaine, après l’examen du recours déposé par un de leurs confrères par le Conseil d’Etat, les membres de l’Ordre des avocats devraient être rapidement fixés sur la nouvelle date de l’élection, sauf émergence d’un autre recours…