Kevin Madzou Lekibi et Stévy Mboutsou ont écopé d’un an de prison ferme pour avoir subtilisé une batterie sur un site de Gabon Telecom.

Kevin Madzou Lekibi, maîtrisé par des riverains aux Charbonnages. © D.R.

Kevin Madzou Lekibi, maîtrisé par des riverains aux Charbonnages. © D.R.

 

Il ne se passe plus un mois sans que les sites techniques de Gabon Telecom ne soient l’objet d’actes de vandalisme ou de vols. Il y a plus d’un mois, un nouveau cas a été déploré. Cette fois, les coupables ont clairement été identifiés.

Dans la nuit du 16 au 17 mai dernier, deux individus, visiblement éméchés, ont été surpris en flagrant délit de vol d’une batterie de démarrage du groupe électrogène sur le site situé au quartier Charbonnages. L’un d’eux, Kevin Madzou Lekibi, a été maîtrisé. Une batterie, une clef et un véhicule de couleur rouge ont été retrouvés sur les lieux.

En cavale, Stévy Mboutsou a, pour sa part, été appréhendé par les limiers de la direction générale des Recherches trois jours après son forfait. Présenté devant le procureur, il a avoué être coutumier du fait : en 2012, il avait déjà été condamné pour le vol de 200 litres de carburant sur le site de Gabon Telecom au carrefour Santa Clara.

A l’audience du 7 juin dernier, Stévy Mboutsou a dit s’être introduit sur le site  à la suite d’«une virée nocturne». Propriété de son compère, leur véhicule avait subi une panne de batterie. En guise de solution, ils décidèrent alors de soustraire une batterie de démarrage du groupe électrogène. Au terme du procès tenu le 21 juin dernier, les deux complices, qui ont imploré l’indulgence du tribunal, ont finalement été condamnés à un an de prison ferme.