Après des années de «stop and go» et une longue hibernation consécutive à la conjoncture économique difficile traversée par le pays, les travaux ont repris sur la Baie des Rois, chantier emblématique de l’«Émergence» à la gabonaise. L’Arlésienne tant moquée fait son retour dans le réel et l’on se projette à nouveau dans l’avenir, notamment en 2021 pour la livraison premiers bâtiments.   

Vue aérienne du chantier de la Baie des Rois. © visiongabon

 

En marge des travaux du 4e forum des Fonds souverains des pays membres de la Banque islamique de développement (BID), tenu à Libreville du 9 au 10 mai dernier, un focus a été particulièrement projeté sur le projet dit de La Baie des rois. Ce, à travers un film en 3D préfigurant ce que sera, au terme de sa réalisation, ce projet porté par le Fonds gabonais d’investissements stratégiques (FGIS) à travers la société dénommée Façade maritime du champ triomphal (FMCT).

Hommes à l’ouvrage sur le chantier de tous les fantasmes. © fmct-gabon

Le directeur général de la FMCT, Emmanuel Edane, a soutenu que les travaux en cours vont enregistrer une intensité et une accélération dans les tout prochains mois. Sur le site, en effet, les sociétés Colas et China Harbour Engineering Company sont à pied d’œuvre. Colas, entreprise gabonaise, est chargée des terrassements sur divers lots, tandis que l’opérateur chinois se charge des travaux maritimes au niveau des zones centrales. La viabilisation des espaces s’effectue ainsi dans les meilleurs délais.

Tourné en dérision du fait du long arrêt des travaux, ce projet majeur d’aménagement de Libreville, sur le front de mer, prévoit la construction d’un quartier d’affaires, des logements, des établissements de loisirs, des commerces et des espaces verts sur une superficie de 40 hectares. Plus précisément, 205 000 m² de bureaux, près de 500 logements, des activités culturelles et plus de 79 000 m² de commerce y sont prévus. Emmanuel Edane a, en tout cas, rassuré une nouvelle fois les uns et les autres sur l’aboutissement de ce projet. «Les premières habitations sont prévues pour 2025. Nous comptons réaliser notre première vente courant 2019. Si tel était le cas, et nous en sommes convaincus, les premiers bâtiments devraient voir le jour 2 ans après», a-t-il laissé entendre.

Le chantier devra également subir des travaux de raccordement en fibre optique, en eau et électricité, tandis que les travaux de démolition des bâtiments du Port-Môle devraient commencer dans les tout prochains mois.