Comptant parmi les bénéficiaires privilégiés du soutien de l’institution bancaire continentale, le Gabon, représenté par trois de ses ministres, a pris part aux 53e Assemblées annuelles du Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) à Busan en Corée du Sud.

Des membres de la délégation gabonaise en compagnie du Dr Akinwumi Adesina, le 25 mai 2018, à Busan (Corée). © D.R.

 

Ouvertes quatre jours plus tôt, les 53e Assemblées annuelles du Groupe de la BAD se sont achevées le vendredi 25 mai à Busan, en Corée du Sud. Elles ont vu la participation du Gabon, représenté par les ministres Patrick Eyogo Edzang (Eau et Energie), Biendi Maganga-Moussavou (Agriculture) et Hilaire Machima (délégué à l’Economie). Les travaux ont débouché sur deux principales décisions : l’ouverture des discussions sur l’augmentation du capital de la Banque et l’organisation par la Guinée équatoriale, en 2019, de la prochaine édition des Assemblées annuelles.

Comptant parmi les bénéficiaires privilégiés du soutien de la BAD, le Gabon a eu son moment au terme des assises de Busan. La délégation gabonaise, dont faisait également partie le gouverneur intérimaire du Gabon et la Gabonaise Martine Mabiala (administrateur de la Banque) a eu une séance de travail avec Akinwumi Adesina, le président de la BAD.

Au cours de «ces discussions (qui) se sont déroulées dans une atmosphère chaleureuse et conviviale» selon Biendi Maganga-Moussavou sur sa page Facebook, la BAD a réaffirmé son intention de soutenir l’Etat gabonais, notamment dans la poursuite de son Plan de relance économique (PRE). Le Dr Akinwumi Adesina et les membres de la délégation gabonaise sont particulièrement revenus sur les différents secteurs bénéficiant des appuis budgétaires de la BAD, à l’instar de la matérialisation des projets des barrages hydrauliques (Ngoulmedjim et Dibouangui) et du programme Graine. Sur Facebook, le ministre gabonais de l’Agriculture a d’ailleurs annoncé que la BAD «devrait accompagner la SOTRADER», pour le développement du secteur agricole dans son pays.

«Nous attendons un soutien encore plus grand de la BAD en faveur du secteur privé pour structurer notre autosuffisance alimentaire et surtout diminuer nos importations», a écrit Biendi Maganga-Moussavou au terme de leur séance de travail avec le président de la BAD.

Peu après l’ouverture des 53e Assemblées annuelles du Groupe de la BAD, pour le compte du Gabon, Hilaire Machima a prononcé un discours pour partager les ambitions de son pays au sujet de l’industrialisation, non sans se dire favorable, comme plusieurs autres Etats, à l’augmentation du capital général de la banque. Le Gabon a, par ailleurs, invité la BAD à «prendre en compte, dans ce processus, les contraintes sur les efforts de financement qu’exigent une capitalisation».