Débordé par l’épreuve de mathématiques au baccalauréat de cette année, un candidat s’est refusé à traiter le sujet, préférant avouer ses carences au correcteur et lui demandant d’être indulgent.

(illustrtion). © D.R.

(illustrtion). © D.R.

 

Situation inédite que celle qu’ont vécue les enseignants de mathématiques commis à la correction des épreuves de baccalauréat cette année, dans l’un des centres d’examens de Libreville. En procédant aux corrections, le 25 juin courant, un enseignant a découvert à la place du sujet traité, un aveu crétinerie lui demandant en même temps d’être indulgent. Surpris, l’enseignant a photographié la copie avec son téléphone portable et l’a publié sur Facebook.

La copie de l’épreuve de maths publiée sur Facebook. © D.R.

La copie de l’épreuve de maths publiée sur Facebook. © D.R.

La teneur de l’aveu, in extenso et sic :

« Exercice 1

A l’attention du correcteur !

Monsieur le prof, je n’aimerai pas vous importuné longtemps en imagination du travail que vous devez avoir en ce moment.

Je reconnais mon handicap intellectuel en mathématiques qui ne fait plus mon bonheur depuis le second semestre malgré l’effort de travail. Toutefois, rien ne m’empêche de vous écrire ces mots afin d’éveiller si j’ose le dire, les molécules de générosité qui sommeillent en vous obligatoirement.

Monsieur, je préfère encore demander votre pitié que de copier ou recevoir des importations d’un élève comme moi chose qui se fait à l’instant où je vous écris. Sans vouloir abusé de votre générosité une note allant de cinq, quatre voir même trois me sera nécessaire afin d’accéder au tour suivant. Veuillez s’il vous plait accepter cette requête venant de la part d’un élève aussi insignifiant que moi sur tant de milliers meilleurs que moi. Mon existence est entre les mains de Dieu, ma vie prendre un sens ».

À Chacun d’apprécier !

Auteur : Jean – Thimothé Kanganga