En raison d’un impayé de 16 milliards de francs CFA accumulé par l’Etat depuis plusieurs mois, la société Colas en charge de l’aménagement de l’axe routier PK5-PK12, prévue en 2×2 voies, a décidé d’arrêter les travaux le 13 septembre.

Le chantier de l’axe PK5-PK12 abandonné par les ouvriers au niveau de PK7, le 15 septembre. © Gabonreview

 

Les travaux d’aménagement de l’axe routier PK5-PK12 long de 7 kilomètres, prévue en 2×2 voies, sont à l’arrêt depuis le 14 septembre. L’entreprise adjudicataire, Colas Gabon, a décidé de ramener ses engins à sa base sise en face du camp des forces de police et d’intervention (Fopi).

Selon les sources proches du dossier, l’arrêt de travaux serait dû au non-versement de 16 milliards de francs CFA par l’Etat, dans cette opération cofinancée pour un montant global de 54,9 milliards de francs CFA, par la Banque de développement des Etats de l’Afrique centrale (BDEAC).

Pourtant, lors d’une visite du chantier en août dernier, le ministre en charge des Travaux publics, Jean Pierre Oyiba, et le président de la BDEAC, Fortunato Ofa Mbo Chama, avaient rassuré sur la livraison du chantier en février 2018.

En effet, au terme d’une réunion tenue le 25 août, Jean-Pierre Oyiba et Fortunato Ofa Mbo Chama avaient même affirmé que les difficultés administratives et les décaissements étaient rentrés dans l’ordre. Et pour cela les travaux devraient aller à leur terme.

L’Etat n’ayant pas jusqu’à ce jour honoré ses engagements, Colas Gabon se serait retrouvé en porte-à-faux avec ses fournisseurs. L’entreprise a décidé d’interrompre les travaux pour une durée de trois mois.

Si rien n’est fait, les travaux de cet axe resteront inachevés comme ceux de l’axe PK12-Ntoum, abandonnés par la société Entraco.

Auteur : Jean-Thimothé Kanganga