40 délégués des Institutions supérieures de contrôle (ISC) du Crefiaf prennent part à un atelier initié par la Cour des Comptes, le 9 avril à Libreville. Etalé sur 14 jours, l’atelier permettra aux participants d’être plus efficaces dans la conduite des audits et des activités juridictionnelles.

Le premier président de la Cour des Comptes (à droite), Gilbert Ngoulakia, à l’ouverture de l’atelier, le 9 avril 2018 à Libreville. © Gabonreview

 

Les officiels avec Alain Memvuh pendant son mot de circonstance. Vues de l’assistance, avant la photo de famille. © Gabonreview

La Cour des Comptes a ouvert, le 9 avril à Libreville, l’atelier de formation sur le développement de la stratégie d’engagement des Institutions supérieures de contrôle (ISC) avec leurs parties prenantes. Etalé sur deux semaines, cet atelier est initié dans le cadre de la mise en œuvre du programme de l’Organisation internationale des institutions supérieures de contrôle des finances publiques (Intosai). Concrètement, le programme vise à mettre à la disposition des ISC, les outils nécessaires en vue d’initier des stratégies d’implication efficaces et exemplaires, pour une meilleure compréhension du travail de l’ISC. Et, une conduite plus efficace des audits et des activités juridictionnelles.

Selon le premier président de la Cour des Comptes, les organisations internationales partenaires du Conseil régional de formation des institutions supérieures de contrôle des finances publiques d’Afrique francophone subsaharienne (Crefiaf), attachent du prix au bon fonctionnement des ISC membres cette organisation internationale. «Le session de formation qui s’ouvrent aujourd’hui constitue une opportunité d’échanges devant permettre aux délégués (des ISC membres de Crefiaf, ndlr) de devenir des personnes ressources capables de réfléchir sur les voies et moyens susceptibles de donner plus d’envergure aux dites relations», a déclaré Gilbert Ngoulakia.

En d’autres termes, l’atelier permettra aux participants du Crefiaf d’être aptes à contribuer, au sein de leurs ISC respectives, au développement d’une stratégie intégrale, cohérente et inclusive de gestion des relations avec les parties prenantes. 40 participants issus de 15 pays membres du Crefiaf prennent part à cet atelier. «Au terme des deux semaines de formation, les participants devront, selon la méthodologie qui aura été mise à leur disposition (…), cartographier et identifier leurs parties prenantes essentielles, définir des priorités et, élaborer une stratégie assortie d’un plan d’actions», a relevé le représentant de l’Intosai. «Ces deux livrables seront révisés au cours d’un atelier qui réunira les participants à la fin de l’année 2018», a annoncé Alain Memvuh.

Un atelier au cours duquel le Crefiaf a réitéré sa disponibilité à aider les ISC à plaider auprès de leurs parties prenantes pour un engagement plus soutenu, dans l’optique d’un développement et d’un renforcement de leurs relations et moyens d’action.