A l’occasion de la célébration de la Sainte Barbe, Comilog a lancé la semaine écoulée la première édition de son semi-marathon à Moanda. Une compétition sportive que la société d’exploitation minière entend pérenniser dans cette ville du Haut-Ogooué.

Les vainqueurs du 1er semi-marathon de Moanda, avec des responsables de Comilog, dont le PCA et le DG. © Gabonreview

Les vainqueurs du 1er semi-marathon de Moanda, avec des responsables de Comilog, dont le PCA et le DG. © Gabonreview

 

A l’instar de Total Gabon avec son traditionnel «Cross Ozouri», la Compagnie minière de l’Ogooué (Comilog) a décidé de se lancer, elle aussi, dans l’organisation d’un évènement sportif dédié exclusivement à la course à pied. Dans le cadre de la célébration de la Sainte Barbe, l’exploitant de manganèse a lancé, le 2 décembre 2016, la première édition de son semi-marathon.

La compétition ayant vu la participation d’une centaine d’athlètes de différentes générations et des deux sexes, a démarré à 7 heures, et au bout d’une heure et vingt-une minutes, le premier vainqueur était connu : Valentin Ibrahim Ylambi.

Scènes du semi-marathon et autres activités sportives de la Sainte barbe 2016. © Gabonreview

Scènes du semi-marathon et autres activités sportives de la Sainte barbe 2016. © Gabonreview

La victoire du sociétaire de Manga Athletic Club n’a pas surpris grand-monde dans la ville minière, d’autant que l’athlète, un habitué du parcours de 21 kilomètres, a fait ses preuves lors du dernier Marathon de Libreville, où il est arrivé deuxième sur le parcours de 10 kilomètres. Et s’il a assuré qu’il aurait pu faire mieux au marathon de Libreville, c’est que la compétition internationale, a justifié Valentin, lui a été utile pour une mise en jambes. Pourtant, il a avoué que l’emporter à domicile n’a pas été facile. «J’ai dû gérer la course, et le départ n’a pas été facile, d’autant que le terrain n’est pas pareil», s’est-il exprimé.

Pour son coéquipier Christian Gniga (2e) et leur concurrent ayant fait plus de la moitié du parcours en tête avant son léger «claquage», Clinton Ndzinga dit Muhammad Ali de Manga Boxing Club arrivé finalement troisième, la victoire a également été acquise au prix de de grands efforts.

Le semi-marathon de Comilog à Moanda n’a pas manqué de primer les vétérans (Gérôme Michaud, Christian Leyama et Joël Ongone) et les femmes, dont la plupart était des jeunes filles, à l’exemple de Lauriane Yarimana (17 ans). L’écart entre cette sociétaire de Manga Athletic Club, arrivée 2h37 après le départ de la course, n’a pas été important avec sa seconde Fridaros Ossemi et la troisième Laurenne Makaya.

Si les responsables de Comilog ont promis de rendre pérenne la compétition, qui ne devrait pas manquer d’enregistrer plus de participants lors des prochaines éditions, c’est que celle-ci rentre parfaitement dans la politique de l’entreprise, en termes de promotion et de soutien au sport. La filiale du groupe Eramet subventionne déjà intégralement l’Association omnisports Manga sport, qui propose diverses activités sportives allant du football au volley, en passant par l’athlétisme, le golf, etc.

Dans le cadre de la célébration de la Sainte Barbe 2016, la société a d’ailleurs organisé un tournoi de golf, deux finales de volley et de football ayant mis aux prises diverses générations d’hommes et des femmes. Plusieurs personnes ont également pris part à une «marche pour la santé» sur la distance gare Setrag – lycée Henry Sylvoz,  organisée le samedi 3 décembre 2016.  Les objectifs visés par ces différentes activités : œuvrer pour la cohésion entre les employés de l’entreprise et entre les riverains, promouvoir la pratique du sport et son apport dans le domaine de la santé, et permettre l’épanouissement des jeunes par le sport.