La direction nationale des assurances, accompagnée des responsables des compagnies d’assurances, était le 10 septembre à Owendo pour expliquer aux opérateurs économiques la nécessité de souscrire une assurance pour garantir la sécurité de leurs investissements.

La direction nationale des assurances et la Fegasa à Owendo. © Gabonreview

 

Sensibiliser sur les différents produits d’assurance proposés par le marché national, stimuler une culture assurantielle auprès de la population afin d’accroître le taux de pénétration de l’assurance au Gabon, tels sont les objectifs de la direction nationale des assurances et la fédération gabonaise des sociétés d’assurance (Fegasa), qui souhaitent un nouveau contrat de confiance entre assurés et assureurs.

© Gabonreview

Accueillie le 10 septembre dernier par le Conseil municipal de la commune d’Owendo, la caravane conduite par le directeur national des assurances, Prisca Nlend-Koho, s’est appesantie sur l’intérêt et l’exigence pour les opérateurs économiques de souscrire une assurance de type multirisques professionnels ou industriels, pour garantir la sécurité de leurs revenus, de leurs employés et soutenir leur investissement.

«L’assurance ne se limite pas à avoir un papier pour passer les différents contrôles, mais surtout pour protéger chacun de nous. Owendo est très important parce que la commune est riche en termes de sociétés et de salariés également. Il était important de passer porter le message à toute cette population, sur la nécessité de s’assurer parce que tous les jours, nous subissons des dégâts alors que la partie responsable de ces risques n’a pas d’assurance et on se retrouve dans des situations compliquées et encore plus, lorsqu’il y a des dégâts corporels», a indiqué le directeur général de Saham assurance, Youssef Benabdallah.

Relevant les difficultés auxquelles font face les industriels, dont les risques d’explosion, le contact avec des produits toxiques, et même les aléas climatiques ou épidémiques qui peuvent remettre en cause la pérennité de leur production, l’édile de la commune d’Owendo, Jeanne Mbagou, a souhaité que les opérateurs puissent se mettre à l’abri de ces aléas, grâce à l’assurance. «Owendo est une ville industrielle où les opérateurs économiques et la population courent de risques, des accidents de travail. C’est un devoir pour ses opérateurs économiques de souscrire aux meilleurs produits d’assurance», a-t-elle confié.

Le Gabon comptabilise au total 9 compagnies d’assurance. En 2016, le secteur d’assurance a réalisé des investissements à hauteur de 90 milliards de francs CFA, avec un dépôt en banque d’une valeur de 56 milliards de francs CFA et souscrit à une obligation de l’État d’un montant de 13 milliards de francs CFA, malgré son faible taux de pénétration dans l’économie gabonaise fixé à 2%.