L’assemblée générale mixte de la fédération gabonaise des sociétés d’assurances (Fegasa), tenue à Libreville le 13 juillet, a adopté l’ensemble des résolutions proposées au vote et porté à sa tête l’administrateur-directeur général de la Société commerciale gabonaise de réassurance (SCG-Ré), Crépin Andrew Gwodog.

L’ADG de la Société commerciale gabonaise de réassurance (SCG-Ré), Crépin Andrew Gwodog, porté à la tête de la Fegase le 13 juillet 2018. © Gabonreview

 

L’assemblée générale mixte de la fédération gabonaise des sociétés d’assurances a tenu ses assises le 13 juillet à Libreville. Elle a adopté à l’unanimité toutes les résolutions qui lui étaient proposées. Elle a en particulier approuvé les nouveaux statuts, les comptes 2017 et le budget 2018, la mise en circulation du constat amiable, le fonds de garantie automobile. Elle a approfondi ses réflexions sur la convention d’indemnisation directe et le pool TPV.

L’assemblée générale mixte a également élu, pour une durée de deux ans renouvelables, le nouveau bureau directeur de la Fegasa, composé de sept membres et dirigé par Crépin Andrew Gwodog. «C’est pour la société commerciale gabonaise de réassurance, un honneur et une immense responsabilité de se voir confier aujourd’hui la tête du bureau directeur de notre fédération», a confié le nouveau président de la Fegasa.

Au terme des travaux, le nouveau bureau directeur de la Fegasa a indiqué inscrire son mandat sur deux axes, promotion du secteur de l’assurance et amélioration des prestations.

Les membres du bureau directeur de la Fegase, le 13 juillet 2018. © Gabonreview

«Il s’agira essentiellement de veiller à ce que sur un certain nombre de branches, nous puissions retrouver les sentiers de la rentabilité tout en protégeant les consommateurs et en mettant en leur disposition, les produits d’assurance correspondants à leurs besoins, et accompagner l’État dans son projet de développement. Mais également, mieux préparer l’organisation de l’assemblée générale de la Fanaf en 2020 et présenter une candidature gabonaise pour le poste de président de la Fanaf»

À ces différents challenges s’ajoutent, l’accélération de la mise en circulation du constat amiable, l’adoption de la convention d’indemnisation directe, ou encore l’opérationnalisation du fonds de garantie automobile.