Le ministre en charge de Moyennes entreprises, Carmen Ndaot, a rencontré le 30 juillet à Libreville, les artisans gabonais en vue de réfléchir sur la restructuration de ce secteur prometteur laissé en friche.

Le ministre de PME, Carmen Ndaot (au centre), au cours de la rencontre avec les artisans, le 30 juillet 2018. © Gabonreview

 

© Gabonreview

Sept jours après sa nomination à la tête du ministère de Moyennes entreprises, Carmen Ndaot a rencontré la Confédération des artisans et petites entreprises du Gabon (Capeg).

Le ministre a voulu toucher du doigt les réalités de ce secteur laissé en friche et les difficultés auxquelles sont confrontés ses acteurs. Si les artisans se sont dits honorés de cette rencontre, ils affirment faire face à plusieurs difficultés : le manque de village artisanal national, la difficulté d’accès au financement, les taxes douanières élevées, l’inondation du marché par les produits venus de l’étranger, etc.

Consciente de ces difficultés, le ministre des Moyennes entreprises a rassuré les artisans sur les efforts entrepris par le gouvernement pour rendre ce secteur viable et attractif. Carmen Ndaot estime que «l’adoption il quelques semaines par le Senat d’une loi d’orientation de la politique nationale de l’artisanat» participe à cet effort de modernisation du secteur. À travers cette loi, a précisé Carmen Ndaot, «l’Etat entend construire dans les prochaines semaines une chambre de métiers de l’artisanat».

La chambre de métiers «permettrait un meilleur accompagnement des artisans à travers la défense de leurs droits. De même qu’elle permettrait de regrouper les artisans gabonais dans un espace viable. Ce qui favoriserait une meilleure promotion de produits Made in Gabon », a indiqué le ministre.

Auteur : Jean-Thimothé Kanganga