Conformément à l’engagement pris vis-à-vis du Gabon, la Banque africaine de développement (Bad) a débloqué la première tranche du soutien aux efforts du pays dans la diversification de son économie et la consolidation de la résilience de son économie.

La Bad a déjà décaissé 131 milliards pour le Gabon. © Gabonreview

 

131 milliards de francs CFA ont été décaissés par la Banque africaine de développement (Bad) au bénéfice du Gabon, en soutien aux efforts du pays orientés vers la diversification de son économie et la consolidation de la résilience de son économie.

C’est du moins ce qui ressort de la rencontre entre la mission de l’institution monétaire africaine, conduite par son directeur général pour la région Afrique centrale, et le ministre de l’Economie, le 18 septembre à Libreville. Œuvrant pour la mise en place d’une stratégie de son intégration régionale en Afrique centrale, la Bad a commis une mission de consultation régionale auprès des autorités de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (Cemac).

Le directeur général pour la région Afrique centrale de la Bad. © Gabonreview

«De nombreux projets en cours ont déjà reçu l’appui de l’institution financière», a affirmé le directeur général de la Bad pour l’Afrique centrale. «Des opérations consignées dans le programme indicatif de la Bad lors de l’élaboration de sa stratégie couvrant la période 2016-2020, ont bénéficié d’un décaissement à ce jour de 131 milliards de francs CFA décaissés en mars 2017 au titre de la première tranche de cet appui budgétaire», a souligné Ousmane Dore.

Le directeur général pour la région Afrique centrale de la Bad a indiqué que dans la perspective d’un second décaissement, leurs «équipes d’évaluation seront là la semaine prochaine pour discuter avec la partie gabonaise sur cette deuxième tranche qui viendra assurer le bouclage financier en coordination avec le FMI et les collègues de la Banque mondiale».

Dans les composantes à moyen-terme de cette aide budgétaire, des projets comme celui du renforcement de l’employabilité des jeunes, un projet dont l’impact réel sur l’économie est indéniable, sont déjà approuvés. Quant au projet Graine, projet agricole avec un partenariat public- privé, il reste un élément essentiel de la diversification de l’Economie. La Bad s’est engagée à hauteur de 136 milliards de francs CFA pour appuyer le secteur agricole (en cours), alors que la partie gabonaise assure tout mettre en œuvre pour que ce projet passe sur la table du conseil d’administration de la Bad avant décembre.

«En terme d’engagement, sur la période stratégique qui court, nous nous sommes engagés sur près d’un milliard d’unités de compte, ce qui représente environ 1,5 milliards de dollars (soit plus de 800 milliards de francs CFA), dont ces opérations d’appui budgétaire constituent les premiers éléments», a confié Ousmane Dore.

Auteur : Alain Mouanda