S’exprimant le 3 novembre, le président de la Coalition pour la nouvelle république (CNR) a appelé au rassemblement. Mais, Guy Nzouba Ndama, l’un de ses frères d’armes, dit ne rien comprendre à cet appel

Guy Nzouba Ndama ne comprend pas l’appel de Jean Ping au rassemblement © D.R.

 

«Je ne le comprends pas et j’attends qu’on me précise le sens de cet appel», a déclaré, au sujet de l’appel au rassemblement de Jean Ping, Guy Nzouba Ndama dans une interview accordée au journal La Loupe, le 11 décembre dernier. Quelques jours après la deuxième prise de parole du porte-parole de la présidence de la République gabonaise au sujet de l’état de santé d’Ali Bongo, le président de la Coalition pour la nouvelle république (CNR), prenait lui aussi, pour ainsi dire, la parole. Se considérant toujours comme le président élu du Gabon, Jean Ping invitait au «rassemblement de tous». L’invite tient toujours et un grand rassemblement est annoncé pour ce samedi 15 décembre.

Si Jean Ping a relativement le soutien des siens, notamment de certains partis politiques membres de la CNR, Guy Nzouba Ndama, président de Les démocrates (LD), dit pour sa part ne pas comprendre cet appel qui, semble-t-il insinué, tombe mal. «M. Ping est un acteur politique comme les autres acteurs. Il a lancé son appel. Pourquoi il le lance maintenant ? Pourquoi ne l’a-t-il pas fait avant les élections (législatives et locales) ? Je n’ai rien à dire», s’est-il interrogé.

Guy Nzouba Ndama aurait-il encore en mémoire l’épisode des toutes dernières élections, législatives et locales ? Lui qui avait lors de la présidentielle de 2016 soutenu Jean Ping, a décidé, en 2018, en 2018, de participer aux élections générales organisées par Ali Bongo tandis que Jean Ping et certains de ses frères d’armes n’y voyaient aucun intérêt. Pour eux, le vrai combat était celui de «la restitution de la vérité des urnes», et non la participation aux nouvelles échéances électorales qui plus est, n’étaient pas la présidentielle. Après l’annonce de sa participation à ces scrutins, Nzouba avait été criblé de critiques.

Ce qui ne l’avait d’ailleurs pas laissé indifférent. Lors de la célébration du premier anniversaire se son parti, l’ancien président de l’Assemblée nationale n’avait pas manqué d’indiquer que la CNR «est d’abord un agrégat de consciences hétéroclites, lesquelles consciences gagneraient à conserver leurs identités». «L’appartenance du parti Les Démocrates à la coalition n’est pas synonyme d’aliénation de notre liberté de penser et d’expression», avait-t-il souligné. Aujourd’hui encore, il semble se refuser de passer pour un béni oui-oui, en répondant systématiquement à l’appel de Jean Ping.

«Je m’interroge. Pourquoi cet appel vient maintenant, et pas avant les élections ? Je ne comprends pas dans son contenu comme dans ses objectifs, le sens de cet appel au rassemblement» a-t-il insisté.

Auteur : Alix-Ida Mussavu