Les ayant reçus mardi à son cabinet, l’ambassadeur du Gabon au Maroc, Abdu Razzaq Guy Kambogo, a dit à Benicien Bouschedy et à Peter Stephen Assaghle tout le bien qu’il pense de leur initiative de promotion de la littérature gabonaise hors des frontières de leur pays.

Benicien Bouschedy et à Peter Stephen Assaghle, reçus par Abdu Razzaq Guy Kambogo, le 18 décembre 2018, à Rabat (Maroc). © D.R.

 

A la veille de la clôture de la première édition des «Apéros-littéraires» organisés dans six villes marocaines du 10 au 19 décembre, Abdu Razzaq Guy Kambogo a tenu à recevoir, à Rabat, les deux jeunes initiateurs de cette activité qui visait à vulgariser auprès du public marocain leurs différentes œuvres, et partant la littérature gabonaise dans son ensemble. L’ambassadeur du Gabon au Maroc n’a pas caché son enthousiasme. Il a exprimé à Benicien Bouschedy et à Peter Stephen Assaghle sa fierté et sa satisfaction devant la réussite de ce rendez-vous culturel.

«Ces jeunes méritent toute notre attention et l’accompagnement des responsables en charge de la culture au Gabon, a estimé le diplomate. Il est rare, mais vraiment rare, de voir des jeunes étudiants gabonais entreprendre une telle initiative intellectuelle pour la fierté du pays. Surtout qu’ils le font sans soutien ni moyens conséquents. Je suis heureux de les recevoir et d’échanger avec eux sur leur démarche de vulgarisation de notre littérature.»

Pour Abdu Razzaq Guy Kambogo, «le Gabon et l’Afrique toute entière gagneraient à promouvoir ce genre de nouvelles figures qui incarnent l’avenir, la responsabilité et surtout un engagement franc pour le développement du continent». Aussi, l’ambassadeur a-t-il espéré que l’initiative des deux jeunes auteurs impacte les plus jeunes et les inspire à lancer des initiatives du même genre, visant à faire rayonner le Gabon à l’étranger.

Les «Apéros-littéraires» de Benicien Bouschedy et à Peter Stephen Assaghle ont sillonné les villes d’Agadir, Casablanca, Fès, Mohammedia, Rabat et Marrakech. Si les deux écrivains se disent satisfaits de leur tournée, ils ne cachent pas que celle-ci pourrait avoir une suite dans les mois qui viennent. Pour eux, «le Maroc n’était qu’une étape dans [leur] dynamique».

«Nous sommes bien déterminés à multiplier ce genre d’initiatives un peu partout afin que notre littérature et, avec elle, la nouvelle génération d’auteurs qui la portent, soit plus visible», a annoncé Peter Stephen Assaghle.