L’ancien député du 3e arrondissement de Port-Gentil a pris ses fonctions à Oloumi, siège de l’agence en charge notamment du foncier, ce mercredi 30 mai. Installé par Michel Menga, ministre d’Etat chargé de l’Habitat, de l’Urbanisme et du Cadre de vie, il succède à Maurice-Maxime Ngome Obiang, juriste urbain, qui sera resté à ce poste près de sept ans durant. 

Gabriel Tchango, le 30 mai 2018 au siège de l’ANUTTC. © D.R.

 

Gabriel Tchango échangeant avec son prédécesseur, Maurice-Maxime Ngome Obiang. © D.R.

Nommé lors du Conseil des ministres du 17 mai dernier, Gabriel Tchango, 58 ans, a pris ses fonctions ce 30 mai 2018. Lors de cette cérémonie assez sobre, le ministre de tutelle, Michel Menga m’Essone lui a demandé de mettre «sa grande expérience de gestion et de management des hommes» au service d’une entité qui souffre de plusieurs maux. Pour lui, le choix de l’homme d’affaires et ancien membre du gouvernement est la preuve d’une volonté d’amener l’Agence nationale de l’Urbanisme, des Travaux topographiques et du Cadastre (ANUTTC) vers une plus grande efficacité.

Pour sa part, Gabriel Tchango a promis de faire rapidement le «tour du propriétaire» pour voir ce qui va et ce qui ne va pas. «Le capital humain, c’est ce qui compte dans toute entreprise, et rien ne peut se faire sans celui-ci». Il arrive une structure, créée il y a sept ans sous le ministre Magloire Ngambia, et faisant actuellement face à moult difficultés. Les arriérés de salaires, par exemple, sont de sept mois, et son activité connaît un fort ralentissement depuis 2016;

Après le départ de son directeur général, François Auguste Akomézogho il y a sept mois, c’est au tour du président du Conseil d’administration de céder sa place. Gabriel Tchango et l’actuel directeur général pourront-ils véritablement relancer l’ANUTTC ?