En attendant une réaction officielle des autorités du pays, la question sur l’annexion par le Congo du village Youkou dans l’Ogooué-Ivindo, révélée par nos confères de l’hebdomadaire «Le Mbandja», a trouvé le 15 mai 2018, un brin de réponse auprès du ministre de l’Intérieur. Selon Lambert Noël Matha, cette information devenue virale sur les réseaux sociaux ne serait pas fondée.

Un drapeau congolais flottant au-dessus du village Youkou dans le département de la Zadié dans l’Ogooué-Ivindo. © D.R.

 

Le Sénateurs (en bas) lors de l’audition du ministre de l’Intérieur (en haut au centre) au palais Omar Bongo Ondimba, le 15 mai 2018. © D.R.

Les autorités gabonaises ont observé un curieux silence sur l’annexion supposée du village Youkou, dans le département de la Zadié (province de l’Ogooué-Ivindo), par des forces de défense congolaises. Heureusement, ce 15 mai 2018, le ministre de l’Intérieur, Lambert Noël Matha, a été contraint, par les sénateurs membres de la Commission des lois et des affaires administratives qui l’auditionnaient, de se prononcer sur les révélations de l’hebdomadaire «Le Mbandja».

Venu au Sénat à la faveur d’une audition sur des ordonnances portant notamment sur des modifications de lois portant élection des députés, la fixation et répartition des sièges de ceux-ci et la suppression de certaines dispositions de la loi 7/96, portant dispositions communes à toutes les élections, Lambert Noël Matha a été interrogé sur ladite violation des frontières gabonaises.

Le ministre de l’Intérieur a soutenu que «c’est une information non fondée», argumentant que : «les images qui circulent sur les réseaux sociaux, sont des vieilles images». Si les espaces médiatiques du ministère de l’Intérieur n’ont pas fait mention de cet échange avec les sénateurs, se contentant de textes de loi examinés,  Jean Christophe Owono, 6e vice-président du Sénat, n’a pas manqué de relayer l’information sur sa page Facebook.

Si les réponses du ministre de l’Intérieur n’ont pas semblé convaincre les sénateurs, ces derniers ont déclaré «prendre acte» tout en «invitant les résidents des zones frontalières concernées à leur fournir plus d’informations» afin de mieux apprécier la position de Lambert Noël Matha et la réalité sur le terr