Confrontée à une tension de trésorerie, l’Agence nationale des grands travaux d’infrastructures (ANGTI) a prévenu ses agents, à travers une note d’information datée du 12 octobre, d’un probable retard dans le paiement de salaires.

Le siège de l’Agence nationale des grands travaux d’infrastructures). © ANGTI

 

Les agents de l’Agence nationale des grands travaux d’infrastructures (ANGTI) devraient encore attendre pour percevoir leurs salaires. L’annonce a été faite par le directeur général de la structure, par le biais d’une note d’information datée du 12 octobre. Bodgan Sgarcitu affirme que cette situation indépendante de sa volonté est due à «des difficultés de trésorerie que rencontre actuellement l’ANGTI». Et cette «situation pourrait se prolonger quelques temps», précise-t-il, sans indiquer une borne temporelle.

Toutefois, le directeur général rassure les agents sur sa détermination «à trouver des solutions afin de revenir à un fonctionnement normal».

Créée en juillet 2015, sous les cendres de l’Agence nationale des grands travaux (ANGT), cet établissement public à caractère industriel et commercial doté d’une personnalité juridique et jouissant de l’autonomie financière était considéré comme le fleuron des agences créées peu après l’arrivée d’Ali Bongo au pouvoir ; pour prendre en main l’exécution du projet de l’émergence proposé par ce dernier.

Auteur : Jean-Thimothé Kanganga