Dans le cadre de la commémoration du 9e anniversaire de son décès, le Sénat a inauguré, lundi 4 juin, un buste à l’effigie de l’ancien président de la République.

Lucie Milebou Mboussou, le 4 juin 2018, lors de la présentation du buste à l’effigie d’Omar Bongo Ondimba au Sénat. © Sénat

 

Depuis sa livraison officielle en 2005, le Sénat n’a jamais véritablement su rendre hommage à Omar Bongo Ondimba dont le bâtiment porte pourtant le nom. Depuis hier, c’est désormais chose faite. Dans le hall du palais Omar Bongo Ondimba trône un buste «doré» à l’effigie du deuxième président du Gabon, décédé le 8 juin 2009. L’initiative est de la Fondation éponyme présidée par Michel Essonghe.

La présentation de ce buste a été faite en présence du vice-président de la République Pierre-Claver Maganga Moussavou, du Premier ministre Emmanuel Issoze Ngondet, de quelques membres du gouvernement ainsi que des représentants de diverses institutions. L’occasion a été donnée à Lucie Milebou Mboussou de célébrer l’œuvre de l’ancien président. Une œuvre marquée notamment par «son engagement à la culture de la paix (qui) l’avait rendu indispensable comme modérateur au règlement des conflits au-delà de notre pays».

Michel Essonghe, Pierre-Claver Maganga Moussavou, Lucie Milebou Mboussou et Emmanuel Issoze Ngondet devant le buste à l’effigie d’Omar Bongo Ondimba. © Sénat

La présidente du Sénat a présenté Omar Bongo Ondimba comme l’initiateur du bicamérisme au Gabon, qui donne aujourd’hui son importance à l’institution dont elle la charge. «Sa vision sur la nécessaire participation inclusive des collectivités locales, à la construction du pays, a abouti à la création d’une seconde chambre, élément d’épanouissement complémentaire à une meilleure démocratie parlementaire», a-t-elle précisé.

En guise de remerciement pour sa dotation, le président de la Fondation Omar Bongo Ondimba a reçu la médaille d’or du Sénat.