Quelques jours avant la tenue à Libreville de l’Assemblée générale des ministres de l’eau, Patrick Eyogho Edzang, ministre en charge de l’Eau, et Canisius Kanangiré, secrétaire exécutif du Conseil de ministres de l’eau, ont fait le point le 11 octobre sur la préparation de cet évènement prévu du 29 octobre au 2 novembre à Libreville.

Le ministre gabonais de l’Eau, Patrick Eyogho Edzang au sortir de son échange avec Canisius Kanangiré, le 11 octobre 2018. © Gabonreview

 

En prélude à la tenue de l’Assemblée générale des ministres en charge de l’eau et de la semaine africaine de l’eau, le secrétaire exécutif du Conseil de ministres africains chargés de l’Eau (Amcow) a rencontré le ministre de l’Eau du Gabon, le 11 octobre à Libreville.

© Gabonreview

Canisius Kanangiré et Patrick Eyogho ont fait le point sur la préparation de ces deux évènements majeurs que va abriter la Gabon du 29 octobre au 2 novembre. L’Assemblée générale des ministres en charge de l’eau constitue, selon Canisius Kanangiré, «l’organe le plus haut placé pour la décision au niveau de l’Afrique en matière de politiques et de stratégies d’assainissement de l’eau pour l’atteinte de la vision africaine 2025 de l’eau et des objectifs de développements (ODD)». La semaine africaine de l’eau est quant à elle «le plus grand forum d’échanges sur les questions liées à l’eau». L’ouverture des travaux de ces deux évènements se fera concomitamment le 29 octobre à Libreville.

Ces deux événements seront marqués par des exposés, partages d’expériences, et les réflexions sur les thématiques liées à la gestion optimale de l’eau. Il est également prévu l’organisation d’un focus country, une opportunité donnée à chaque pays de présenter les grandes lignes de ses avancées opérées en matière de la gestion et assainissement de l’eau.

Plusieurs délégations prendront part à l’évènement parmi lesquelles les membres de la Commission de l’Union africaine (UA), le secrétaire adjoint de l’Onu chargé de l’environnement, les ministres de l’eau, les responsables de la Banque mondiale, ainsi que ceux de la Banque africaine de development (Bad).

Auteur : Jean-Thimothé Kanganga