Le parti de Jean-Luc Mélenchon met en garde le gouvernement français contre toute tentative visant à contrecarrer les aspirations démocratiques du peuple gabonais.

La France Insoumise, encourage toutes les parties prenantes de la classe politique, de la société́ civile et de la diaspora à répondre favorablement à l’appel de Jean Ping. © Kasia Wandycz / Paris Match

 

Convaincue de la vacance du pouvoir au Gabon, et de l’impossibilité du président Ali Bongo de reprendre ses prérogatives au palais du bord de mer de Libreville,  la France Insoumise est monté au créneau pour mettre en garde la France «contre toute tentative de contrecarrer les aspirations démocratiques du peuple gabonais

Dans un communiqué daté du 18 novembre, le parti de Jean-Luc Mélenchon affirme que le président Ali Bongo ne reprendra pas ses fonctions. «Victime d’un AVC à Riyad le 24 octobre 2018, le président Ali Bongo n’est plus apparu, toujours hospitalisé en Arabie Saoudite dans un état jugé irréversible, malgré́ les dénégations du gouvernement gabonais».

Pour la France Insoumise, «Ali Bongo ne retrouvera jamais son palais du bord de mer à Libreville. Le Gabon est donc dans une impasse institutionnelle tant les textes ont été́ interprétés, remaniés ou amendés aux grés des besoins du clan Bongo pour se maintenir au pouvoir».

Jean Luc Mélenchon et ses compagnons sont convaincus que les membres du régime en place «jouent la montre et tentent de sauver ce qui reste d’un système féodal installé par la France en 1967 après l’agonie artificielle du Président Léon Mba. Avec déjà̀, à l’époque, une réécriture sur mesure de la Constitution».

Saluant la déclaration de Jean Ping du 3 novembre 2018, et persuadé que «l’unité étant la condition impérieuse à une transition démocratique au Gabon, face aux appétits personnels, voir transnationaux», la France Insoumise, incite toutes les parties prenantes de la classe politique, de la société́ civile et de la diaspora, à répondre favorablement à l’appel du président de la Coalition pour la nouvelle République.

«La France Insoumise met en garde le gouvernement français contre toute initiative visant à entraver le cours de l’histoire et la volonté du peuple gabonais à prendre son destin en main, seule garantie des intérêts de la France», conclut le communiqué.