Le nouveau siège de l’Agence nationale de promotion des investissements (ANPI)-Gabon a été inauguré le 15 janvier 2018 à Libreville par le président Ali Bongo. Avec l’acquisition de cette nouvelle infrastructure, l’agence ambitionne d’offrir aux investisseurs une prise en charge efficiente en matière de création d’entreprise et de facilitation des procédures d’obtention d’agrément.

Ali Bongo coupant le ruban symbolique lors de l’inauguration du siège de l’ANPI à Libreville, le 15 janvier 2017. © DCP

 

Le président Ali Bongo a inauguré ce 15 janvier le nouveau siège de l’ANPI-Gabon (Guichet de l’investissement). Situé au cœur de la capitale gabonaise, le nouveau siège de l’ANPI a pour vocation d’assurer la prise en charge des investisseurs nationaux et internationaux relative à la création d’entreprise, la facilitation des procédures d’obtention d’agrément et d’autorisation. Ce guichet unique constitue également un excellent appui à l’entrepreneuriat et au dialogue public-privé.

Avant la coupure du ruban symbolique, le ministre de la Promotion des Investissements privés, du Commerce et de l’Industrie, Madeleine Berre a indiqué que «aujourd’hui, l’ANPI est la vitrine de cette administration moderne au service du secteur privé, mais également au service du secteur public». Il s’agit pour elle de «la matérialisation de la simplification des procédures, le gain de temps et la réduction des coûts pour les opérateurs ; un des critères forts de la compétitivité de notre pays».

Quant à la directrice générale de l’ANPI, Nina Alida Abouna, présentant cet espace, l’objectif de cette administration est clair : «accompagner, orienter et faciliter la création de valeur dans notre pays».

Ce nouveau cadre de travail s’établit sur une surface de 2000m2 dans laquelle se concentre plus d’une vingtaine d’administrations concourant à la création d’entreprise. L’on y dénombre la CNSS, la CNAMGS, l’Ogapi, le journal officiel, le greffe du commerce, un bureau pour la permanence de la chambre des notaires, une banque, un service de la documentation…

Désormais c’est en 24 heures, si non moins, qu’un opérateur économique pourra ouvrir une entreprise sur le territoire gabonais. Un pari pris par Nina Abouna et son équipe dans ce contexte de ralentissement économique.